☑ Fiche du Jeu | Castle Rock: The Complete First Season | Eps4 The Putin Interviews (2017)

Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Soleil-1

Extraits de livres par Soleil-1

Commentaires de livres appréciés par Soleil-1

Extraits de livres appréciés par Soleil-1

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
« – Tu es un garçon malin, tu sais ça ? Tu trouves la bonne fille et tu la traites bien.
– J’essaie, dit Griffin d’une voix grave.
– Tu peux m’apporter des cartons vides ce soir. Après le dessert, bien sûr.
– Je vais le faire, promet Griff.
Ruth joint les mains.
– Parfait ! J’organise ta chambre demain à la première heure. On va brancher ta télévision et je pense même que Griff pourra y installer ton fauteuil réglable, si tu veux. Ou bien je lui trouverai un endroit dans la maison.
– N’importe, dit Grand-Père, comme s’il s’en moquait.
Il tend son assiette pour qu’on lui serve une tranche de dinde.
Après ça, j’ai du mal à parler. Je mange mon plat et écoute les Shipley se disputer pour savoir qui va avoir le contrôle de la télécommande de la télé ce soir. (Le match de football du lundi soir versus l’émission de Daphné. Ce n’est pas elle qui a gagné…) Je sirote mon homonyme de cidre et m’émerveille sur ma bonne étoile. »

Extrait de 
Amertume - Le Grand Nord Tome 1
Sarina Bowen
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
« Un mâle plus petit s’approcha des trois combattants et les emmena à l’écart. Mon entraîneur arriva et, reprenant ma routine, je le suivis au centre du cercle. Nous commençâmes doucement le temps que je m’échauffe, mais je me retrouvai bien vite à assener de grands coups de kindjal contre son bouclier.
Les heures défilèrent et la sueur dégoulinait de tout mon corps. Puis, soudain, un mouvement sur le chemin qui serpentait entre les fosses attira mon attention. Je levai les yeux et mon cœur fit une terrible embardée lorsque je vis 152 approcher. Je sentis la rage bouillir dans mes entrailles en voyant le maître parader avec elle à son bras. Elle était livide et regardait droit devant elle tandis que le maître la serrait contre lui avec un rictus suffisant que je mourais d’envie de lui arracher à coups de kindjal.
Je poussai un grondement guttural et mis toute ma colère dans les attaques que je portai à mon entraîneur, frappant avec la force et la rapidité de l’éclair. J’entendis alors 140 grogner, tourné vers le maître qui regardait ses trois champions s’entraîner, puis se détournait pour observer les trois combattants entraînés par le petit Géorg »

Extrait de 
Révolte
Tillie Cole
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
« Je m’éveillai en sursaut. Quelqu’un me tenait dans ses bras. J’étais glacée jusqu’à la moelle, mais les bras musclés m’enveloppaient de leur chaleur et me berçaient. Un parfum musqué envahit mes narines, amplifiant encore cette sensation. Les souvenirs douloureux s’effacèrent peu à peu avant de disparaître complètement lorsque deux yeux d’un bleu cristallin se fixèrent sur moi.
— Valentin, sanglotai-je, la gorge serrée.
— Tu dormais, dit-il en me frottant les bras. Tu appelais à l’aide et tu disais que tu ne pouvais plus respirer.
Les larmes me montèrent aux yeux, comme chaque fois que j’étais en proie à ce cauchemar. Je voulus les essuyer, mais Valentin me devança. Cela faisait quatre jours que nous nous reposions. Chaque journée qui passait, nous nous ouvrions un peu plus l’un à l’autre. Il me racontait son enfance auprès de sa mère droguée, puis les années passées à l’orphelinat avec sa sœur. Mon sang se glaça lorsque je l’entendis raconter le passage des Spectres de la Nuit, qui venaient chaque mois acheter des enfants à l’institution pour en faire des gladiateurs ou des esclaves sexuels. »

Extrait de 
Les écorchés, Tome 3.Ravage
Tillie Cole
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
« Talia, dit-il dans un souffle de soulagement avec son fort accent géorgien.
L’entendre prononcer ainsi mon prénom m’apaisa de manière incroyable.
J’attendis alors qu’il fasse le premier pas. Il entra dans le couloir en me tenant désespérément la main, puis embrassa ce nouvel environnement du regard. Il cligna encore des yeux sous l’intensité de cette lumière, puis garda les paupières plissées. Je pouvais voir son torse nu se soulever avec force, son corps probablement inondé d’adrénaline.
Je le poussai à poursuivre son exploration et juste à l’instant où je le crus sur le point de se détendre, nous entendîmes la porte d’entrée s’ouvrir. Savin et Ilya pénétrèrent alors dans le vestibule.
Zaal se raidit.
Je tournai vivement la tête en direction de mes byki.
Savin et Ilya dégainèrent leur arme.
— Gardes, gronda Zaal en me poussant contre le mur.
Il s’interposa alors entre mes gardes du corps et moi, campé sur ses appuis, en posture d’attaque.
— C’est quoi ce bordel ? s’exclama Ilya.
Lorsque mon byki ouvrit la bouche, Zaal se raidit. »

Extrait de 
Tourmente
Tillie Cole
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
« Un autre mort ! Le vôtre. Celui que j’ai tué pour vous.
J’encaissai tant bien que mal la surprise, tandis que Ruine reculait. Il jeta son poing américain sur le banc de musculation et, replongeant dans sa morne concentration, il souleva les haltères et reprit son entraînement.
Je me frappai la poitrine pour essayer de retrouver mon souffle.
C’est quoi ce bordel ? C’est qui ce type ?
M’agrippant à mon calepin, je m’apprêtais à partir quand une question de première importance m’échappa.
— De qui est-ce que vous voulez vous venger exactement ?
Ruine s’immobilisa, mais seulement brièvement, et, sans me regarder, il répondit :
— Durov. Alik Durov de Brooklyn, New York. Vengeance. Le tuer !
J’eus des sueurs froides en l’entendant prononcer ce nom comme s’il recrachait du poison, et je m’enfuis de la pièce en courant, sans tenir compte de Viktor qui attendait, appuyé contre le mur juste devant la porte, et allai me réfugier dans mon bureau, dont je fis claquer la porte derrière moi. Je fermai à clé pour être sûre que personne n’entrerait. »

Extrait de 
Ruine
Tillie Cole
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
« Aleyna

Le corps blotti contre le mien n’est plus celui de mon amant. Néanmoins, le réconfort qu’il m’apporte est tout aussi important. J’ouvre les yeux pour croiser les siens.

– Bonjour, rayon de soleil.
– Coucou Ally.
– Merci de ne pas m’avoir réveillée.
– Maman a dit que j’avais le droit de venir seulement si je te laissais dormir.
J’embrasse ma petite sœur et la serre contre moi. Quelle joie de la revoir, de la sentir. Dire que ce salaud a failli me l’enlever, elle aussi. Rien que pour ça, je rêve d’aller le trouver pour finir ce que j’ai commencé. Et ne pas louper son cœur, cette fois-ci. Il ne mérite plus de respirer. Il s’en est pris à Alec et il a voulu me tuer, menaçant ainsi de plonger ma famille dans un deuil aussi douloureux qu’injuste.

– Ça va, Ally ?
– Oui Dana, excuse-moi, j’étais perdue dans mes pensées. On va déjeuner ? »

Extrait de 
Avec toi - Fight with darkness - L'intégrale
Lucie F. June
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
« Ses chaussures à talons aiguilles donnent de la longueur aux fleurs de cerisier tatouées sur son tibia droit. Ses jambes me paraissent sans fin avant de disparaître sous son peignoir rouge. Je remonte lentement et avec appréhension ses flancs. Le tissu satiné met en valeur ses formes, je devine ses fesses rebondies, sa poitrine ni trop petite ni trop grosse. Je déglutis devant cette bouche cerise aux lèvres pleines et gourmandes. Et dire que j’y ai goûté. J’en ai encore envie.

Ses yeux se figent en me découvrant. Son regard se fait dur, mais je ne suis pas surpris.

– C’est une blague ? lâche-t-elle, exaspérée.
– Je veux simplement te parler.
– Est-ce que tu as besoin que je t’offre un dictionnaire ? Je travaille, Matthew.
Sa réplique me fait sourire.

– J’avais besoin de prendre du recul…
– Très bien. Je t’ai entendu.
Elle monte sur le podium, l’air méprisant. Habituellement, j’aime la pousser à bout, sortir une remarque cinglante. Sauf que ce soir, je sais que nous ne jouons pas. Et surtout que je ne suis pas en mesure de jouer.

– Charlyne, je viens de lâcher deux cents dollars, crois-tu vraiment qu’il ne s’agissait que de ça ? »

Extrait de 
L'inconnu de l'ascenseur et moi
Sophie S. Pierucci
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
« L’île disparaît derrière nous. Mon cœur se serre.
Je tente de faire bonne figure, mais après ces trois jours de rêve, monter dans le bateau – tout magnifique qu’il soit − qui me ramènera à la vie normale est la chose la plus difficile du monde.
Me réveiller aux côtés de Raphaël, passer toute la nuit dans ses bras… Nous avons fait l’amour tant de fois, avec une rare intensité, il m’a donné tant de plaisir que mon corps en est comme transfiguré.
Au pied de l’avion, le pilote nous salue. Avant d’entrer dans l’appareil, je me retourne pour admirer la mer scintillante une dernière fois.
Ai-je jamais été plus heureuse que pendant ces trois jours ? Non, je ne crois pas.
– Moi non plus, June.
J’ai parlé à haute voix ? Mince… Oh, et puis non… Autant que Raphaël le sache, puisqu’il est le premier concerné.
Je n’ai pas à rougir… Mais je rougis un peu tout de même.
– C’était merveilleux, je me suis pincée plusieurs fois pendant le séjour, avoué-je.
– Je n’ai pas toujours vécu dans ce genre de paradis, tu sais. Et ne crois pas que je m’y sois habitué ! »

Extrait de 
Ma vie, mes rêves et lui - Intégral
Kim Grey
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 25-09
« C’est sûr, acquiesça-t-il. Et tu étudies toujours

l’architecture d’intérieur ?

Elle secoua la tête, hésita une seconde, puis répondit :

— Je fais du droit pénal.

Il plissa le front et l’examina par-dessus le rebord de son

gobelet. Elle imaginait sans peine ce qu’il était en train de se

dire. Il trouvait sans doute que c’était un gros changement

d’orientation. Il se demandait peut-être si c’était en rapport

avec le projet qu’il avait formé au côté de Jacob, celui de

monter une agence de sécurité. Au départ, elle ne partageait

leur rêve que dans l’espoir de les voir plus souvent à la

maison, mais depuis qu’elle avait intégré le programme

fédéral de protection des témoins, elle s’y intéressait de plus

en plus, au point de le reprendre à son compte. »

Extrait de 
Avec ou sans escorte…
Shayla Black – Sylvia Day – Shiloh Walker
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 19-09
« le petit à l'abri. Puis elle se tourna vers l'étalon, avec une intention évidente.
  Zak laissa échapper une imprécation sourde. Loin d'être réglée, la situation redevenait critique. Sahara était maintenant surexcité et particulièrement dangereux. Et cette fois, c'était Emily, la victime potentielle.
  Tendu, le souffle en suspens, il la vit approcher l'animal. N'avait-elle donc aucune conscience du danger ? Personne, sauf lui, n'était jamais parvenu à dompter Sahara !
  Cette fois, Zak s'élança, et parvint dans la cour en un temps record. Mais pas assez vite, cependant, pour empêcher Emily Kingston de se diriger vers l'étalon.
  Il serra les mâchoires, se retenant de lancer un ordre, de crainte de surprendre Sahara. Et il frémit en songeant aux blessures qu'un étalon déchaîné pouvait infliger au fragile corps d'une femme... Certes, il n'appréciait guère Emily Kingston. Mais il ne voulait pas avoir sa mort sur la conscience !
  Jurant à voix basse, il délivra le plus proche garde de son fusil, et pria le ciel de n'avoir pas à abattre lui-même l'étalon qu'il avait élevé et dressé. S'il y était contraint, eh bien...
  Ignorant les lads paniqués, Emily s'avança lentement, en parlant au cheval comme s'ils étaient amis. Zak vit la tension
Extrait de 
Tendre captive
Sarah Morgan
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 17-09
« La petite toux de Jake ne couvrit pas complètement son rire.
Après le repas, Samantha insista pour laver toute seule la vaisselle. Elle ne voulait pas qu’ils restent tous les deux enfermés dans la cuisine. Mieux valait éviter toute promiscuité avec cet homme dangereux.
Jake n’insista pas et sortit de la pièce.
Aussitôt qu’elle eut terminé la vaisselle, elle se rendit dans le salon. Jake était en train de remettre du bois dans la cheminée.
Quand elle entra, il se tourna vers elle en souriant.
— Voulez-vous boire une goutte de cognac ?
— Non, merci.
Prenant une profonde inspiration, elle se dirigea vers le canapé en priant le ciel pour que ses jambes ne la trahissent pas.
— Vous n’êtes pas prête à faire un cent mètres ?
Il s’éloigna de l’âtre et vint s’asseoir près d’elle sur le canapé.
Samantha secoua la tête.
— Le feu est magnifique. »

Extrait de 
Les amants du Wyoming
Nora Roberts
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
« Mais il n’allait tout de même pas le lui dire. Pas plus qu’il ne lui avouerait qu’il avait plus que tout besoin d’elle, de son regard, du contact de sa peau contre la sienne, afin de se maintenir à flot, afin de ne pas sombrer tout à fait dans les ténèbres et la démence.
Dès que Léopoldine avait lâché sa main, les symptômes étaient revenus. Augustin luttait contre en s’évertuant de garder la tête baissée, évitant soigneusement de croiser les yeux de ses semblables. Cependant, la méthode n’était pas infaillible et il arrivait parfois qu’il avise par mégarde quelqu’un d’autre, qu’il aperçoive le feu noir niché au creux des pupilles d’un inconnu.
Et alors tout recommençait. La pluie rouge, la douleur, et le déchaînement brut de la cruauté, partout où il avait le malheur de se tourner…
Léopoldine lui mit brusquement un morceau de tissu en coton blanc sous le nez, sans doute prélevé à l’arrière, avec le reste de la marchandise qu’en tant qu’honnêtes marchands ils étaient censés transporter hors de la ville.
— Ton front est noir, Augustin, lui apprit-elle. Je pensais que la pluie pourrait nous être fatale »

Extrait de 
Victorian Fantasy T2 De velours et d'acier
Georgia Caldera
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 29-08
« Je sens mon cœur se serrer à l’idée que je ne reverrai jamais Hush. Ses beaux yeux émeraude et son sourire apparaissent dans ma tête. En fermant les yeux, je l’entends même me dire de sa voix grave qu’il m’aime et qu’il me veut comme régulière. Je me raccroche à cette image. Je veux que cela soit la dernière chose dont je me souvienne. Je me drape de toute la dignité qu’il me reste et me résous à accepter mon sort. Je me redresse du mieux que je peux et le toise de mon air le plus narquois.

– Je ne travaillerai jamais pour un lâche comme toi !
– Un lâche ?
– Ouais ! Un putain de lâche. Il n’y a que les lâches pour s’en prendre aux femmes.
– Oh ! Mais toi, ma belle, t’es pas une femme… T’es ma chose.
– Tu peux toujours courir, connard !
Son poing s’abat sur ma joue. Je bascule vers l’arrière et ma tête heurte le mur. Ma vision devient floue et j’ai alors l’impression d’affronter trois Chacal. Je tombe au sol en gémissant. Je l’entends rigoler et je me mets à rire à mon tour.

– Pourquoi tu te bidonnes, bordel ?
Sa voix est dure et froide.

Extrait de 
Rider in the Dark
Sara June
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
« Aucune autre femme n'avait jamais produit cet effet sur Quinn. Ce n'était pas seulement du désir. Il aurait pu rester là pour toute l'éternité, ses yeux plongés dans les siens. Etait-ce seulement sa beauté ? Etait-il possible qu'un visage sans défaut pût provoquer en lui un tel tumulte d'émotions ?

Ou s'agissait-il d'autre chose, de quelque chose d'intangible qui semblait émaner de l'intérieur d'elle-même ? Il y avait dans ses yeux quelque chose de fugitif, de secret qu'on ne percevait que si on les sondait avec attention. Il lui sembla le voir en cet instant.

Il leva sa main libre et la posa sur ses cheveux. De l'or pur, comme ceux d'un ange. Mais Chantel était bien réelle, elle était en chair et en os. Elle était une femme, et non une image. Il s'approcha d'elle, et vit ses paupières se fermer.

Les trois coups sur la porte de la caravane la firent violemment sursauter. Elle posa machinalement ses mains sur son visage. Mais lorsque Quinn fit mine de se lever pour aller ouvrir la porte, elle secoua la tête.

— Non, non. Tout va bien. C'est juste Amos qui me prévient qu'on m'attend sur le plateau.

Extrait de 
Les secrets du coeur
Nora Roberts
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
« En apparence, les choses paraissaient aussi simples que Maddy l'avait promis. La plupart des gens se seraient peut-être même contentés de ces apparences. Mais Reed et Maddy étaient bien trop conscients de tous les non-dits que sous-tendait leur étrange relation.

Ils se voyaient aussi souvent que le leur permettaient leurs emplois du temps respectifs. Ils allaient au cinéma tous les deux. Ils se promenaient dans Central Park. Ils allèrent même voir plusieurs expositions dans divers musées de la ville.

Cela rappelait à Reed certaines comédies romantiques qu'il avait pu voir au cinéma. Mais il savait que, cette fois, il n'y aurait pas de fin heureuse. Car il était bien décidé à ne pas sortir avec Maddy. Il avait trop souffert de l'expérience malheureuse qu'avait connue son père. Ironiquement, ce dernier paraissait s'en être remis mais Reed, lui, ne pouvait ni oublier ni pardonner. D'ailleurs, son expérience personnelle n'avait fait que renforcer la méfiance que lui inspiraient les relations amoureuses.

Combien de couples avait-il vu se déchirer au cours des années ? Combien de trahisons, petites ou grandes, avait-il devinées chez les gens qui l'entouraient ?

Très tôt, il avait décidé de ne jamais être victime

Extrait de 
Les amants de l'aube
Nora Roberts
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
« Quel est le problème ? demanda Dylan en ouvrant la porte.

Les deux enfants avaient les yeux luisants de colère, et Chris était couvert de boue de la tête aux pieds. Le menton tremblant, il pointa vers son frère un doigt accusateur et déclara :

— Il m'a fait tomber exprès !

— C'est pas vrai !

— Si, et je vais le dire à maman !

— Une seconde ! Intervint Dylan.

Il avança d'un pas pour barrer le chemin aux petits garçons, puis il reprit :

— Tu ne crois pas que tu es un peu grand pour t'amuser à faire tomber Chris, Ben ?

— C'est qu'un menteur ! Protesta l'interpellé. Il m'accuse toujours de choses que je n'ai pas faites, et je vais le dire à maman ! Elle me croira, elle !

De grosses larmes se mirent à couler sur les joues de Chris, et Dylan éprouva une envie inattendue de le serrer dans ses bras pour le consoler. Il se contenta cependant de lui donner une pichenette amicale sur le nez et de suggérer:

— Si tu me racontais ce qui s'est passé ?

— Il m'a poussé, juste pour me montrer qu'il est le plus fort.

— C'est pas vrai ! répéta Ben, mais d'un ton moins véhément et les yeux baissés. Enfin, si !

Extrait de 
Le pays de la passion
Nora Roberts
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 09-08
« Je ne maîtrise plus rien. Tout s’écroule autour de moi.
Sans pouvoir en entendre plus, je sors du bureau en trombe et m’écroule sur le sol du couloir de l’hôpital. Je pleure à m’en déchirer la poitrine. Tout ça ne peut pas m’arriver.
— Sara, s’il te plaît, relève-toi…
— Je ne veux pas, Alex, je ne veux pas… Pourquoi moi ?
Ma sœur, tout aussi chamboulée que moi, essaie par tous les moyens de me mettre debout. C’est aidée du médecin qu’elle y parvient pour ensuite m’installer dans la voiture. Je suis totalement amorphe, les larmes ne cessent de couler, je suis un véritable fantôme…
Le trajet jusqu’à mon appartement se fait en silence. J’essaie de réaliser, de comprendre, mais je n’y arrive pas. C’est tellement insensé... Moi ? Avoir ce… truc dans mon ventre ? Je n’y crois pas…
Arrivée chez moi, je lâche toutes mes affaires dans l’entrée et me dirige vers ma chambre tel un zombie.
— Noah est le père ? »

Extrait de 
Dance with love: Tome 2 (French Edition)
Haley Riles
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 08-08
« Je me retrouve à faire la une de ces merdes ! Le pire c’est qu’il s’avère y avoir plusieurs pages ! Et ces photos ne datent pas plus tard qu’hier soir !

—Et ce n’est pas tout, c’est partout sur internet, avec pour titre « La mystérieuse petite amie de Noah Davis ».

C’est plus fort que moi, je me sens obligée d’aller voir les propos qu’il se raconte à mon sujet sur le web.

Lorsque je sors mon téléphone de mon sac, j’ai six appels en absence de ma mère, deux messages d’Enzo et un de Justine. Je me doute que cet intérêt soudain n’est pas pour prendre de mes nouvelles.

Je décide de les ignorer pour le moment. Je n’ai ni le temps et ni l’envie de leur répondre, surtout si c’est pour me prendre une vague de réflexion par ma très chère et tendre mère !

Je commence à faire défiler les pages sur mon téléphone lorsqu’Agathe me l’enlève des mains.

—Sara, ça ne sert à rien que tu regardes ce que ces vautours ont marqué. Cela te fera plus de mal que de bien.

Désespérée, je m’assois dos au mur et ma tête vient se loger aux creux de mes mains[…] »

Extrait de 
Dance with Love (French Edition)
Riles, Haley
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
« Oui, bonjour à toi aussi, me répond-il. Elle va bien. Calme-toi, Maddy, j’entends à ta voix que tu paniques. Elle a bien dormi cette nuit, ils lui ont administré des médicaments et elle sort aujourd’hui. Pour aller directement au lit. Et si tu la vois debout à quelque moment que ce soit de la journée, tu as ma permission de la fesser.
— Je n’ai pas besoin de ton accord, je marmonne. Je la connaissais avant toi. Cela dit, je ne suis pas sûre que vous puissiez rentrer à la maison, ma route est inondée. Je ne sais pas ce qu’il en est de la vôtre, mais moi, je ne peux même pas sortir.
— Chez nous tout va bien, m’informe Pax. Mais désolé que tu sois coincée. Inutile de te faire un sang d’encre, de toute façon tu ne pourras rien y faire.
— Je vais essayer de ne pas trop ruminer, lui promets-je en jaugeant Gabriel.
Il est debout face à moi, son torse musclé au niveau de mes yeux. Pour être honnête, j’ai bien du mal à penser à autre chose qu’à ce corps délicieux. Ça n’aide pas à se concentrer.
— Mila est réveillée ? »

Extrait de 
Tout contre toi
Courtney Cole
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
« Madison

C’est pour de vrai.
Voilà tout ce à quoi j’arrive à penser alors que Gabriel m’emporte dans la maison, jusqu’à la chambre. C’est vraiment en train d’arriver, il est vraiment ici.
Je ne sais pas trop ce que je suis censée ressentir, là, tout de suite. Est-ce que je lui pardonne trop facilement ? Ferais-je mieux de me montrer plus distante ? Tout ce que je sais, c’est que j’en suis incapable.
Car ce qui s’est produit l’a torturé.
Je le vois sur son visage et ça me brise le cœur.
La seule chose qui compte, c’est que j’ai besoin de lui.
Pour une raison qui m’échappe, les sentiments qui subsistaient, la colère, la déception, la blessure, la peur… tout s’efface peu à peu. Car à présent je sais ce qui est important.
Lui et moi. Rien d’autre.
Le reste, on saura y trouver un remède.
— Je n’ai jamais cessé de te faire confiance, je lui avoue sans mentir. Jamais complètement. Quand je me suis rendu compte que tu étais parti, j’étais furieuse. Et « blessée. Mais j’ai très vite deviné tes raisons. Alors j’ai été encore plus hors de moi. Pourtant, j’ai toujours pensé que tu essayais d’agir au mieux.
Tandis qu’il me contemple, son visage buriné se fait songeur.
— Tu es tout ce que je désire, me répond-il simplement. Je te le promets. Je suis navré de t’avoir blessée, à un point que tu ne peux imaginer. Je suis désolé que notre chemin ait été aussi sinueux et difficile, mais je veux que tu saches… Penser à toi m’a donné la force de supporter mon traitement. Car dans un coin de ma tête, je conservais l’espoir que si mon état finissait par s’arranger, nous pourrions ensuite réparer les choses entre nous.
Je ravale la boule dans ma gorge.
— Moi aussi, j’y pensais, y compris quand j’étais en colère après toi et que je te détestais.
Les yeux qu’il pose sur moi à présent sont d’un noir d’orage.
— Ne me déteste pas, Maddy. Je suis capable de surmonter tout ce que le monde me jettera au visage, mais pas ça. Je t’aime. Je le sais depuis longtemps, mais je n’osais pas te « l’avouer.

Extrait de 
Tout contre toi
Courtney Cole
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
« réponds pas. Je glisse dans mes pensées, faisant tourner l'anneau de Mila autour de mon doigt. Alors que nous traversons l'aéroport, mon père se tourne vers moi.
— Je vais annoncer à ton grand-père que tu as recouvré la mémoire. C'est l'une des raisons pour lesquelles il a cessé de nous parler. Il n'était pas d'accord avec moi, qui ne voulais pas te forcer à te souvenir, car lui désirait par-dessus tout que l'on retrouve l'assassin de ta mère. Et comme je m'opposais à ce qu'on te mette la pression, il a refusé d'entrer dans le jeu du mensonge que j'avais inventé à ton intention – que ta mère était morte dans un accident de voiture. Ce n'est pas sa faute s'il a été absent ; c'est la mienne. J'en porte l'entière responsabilité. Et je te demande pardon pour ça.
J'opine du chef. Pour être très honnête, ça n'est pas ma priorité pour l'instant. J'aurai tout le temps de m'en soucier plus tard. Un seul visage occupe toutes mes pensées, un visage doux et beau, doté de grands yeux verts.
Notre avion atterrit à Chicago et mon père prend le volant jusqu'à la maison. »

Extrait de 
Pres De Moi
Courtney Cole
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 29-07
« Qu’est-ce que je vois ? Grince une voix puissante derrière Blaise. Ne serait-ce pas la putain de Noah ?
Une goutte de sueur dévale ma colonne. Je n’aime pas son ton, ni l’expression de son visage.
— Alors, chérie, on est perdue ?
Blaise se glisse entre nous.
— Je la ramène, siffle-t-il. Reste en dehors de ça.
— Quoi ? Tu vas gentiment la remonter ? Cette fille est un nid à emmerde. Noah n’a jamais été stable mais depuis qu’elle est là, il fait n’importe quoi.
— ça ne fait que trois jours, tu fabules.
— Et regarde ce qu’il s’est passé depuis, mec. Il vagabonde en ville à la recherche de son frangin qui nous doit du fric, loupe des réunions, massacre ses frères. Cette salope lui embrouille le cerveau.
Il y a de la haine dans ses paroles. Suffisamment pour me faire frissonner.
— Elle appartient d’abord à Yves, je te rappelle. Dans moins de deux semaines, son cul sera vendu au plus offrant, alors cesse de t’inquiéter. Elle ne va pas rester dans le décor, bien longtemps. »

Extrait de 
FIGHT
Charlotte Roucel
Avez vous apprécié cet extrait ? +1
« Peut-être pas, concéda Brian. Mais cela n'enlève rien au plaisir que j'éprouve à le regarder.
Si elle n'avait pas frissonné une fois de plus, il aurait peut-être eu une chance de résister à la tentation. Mais cette réaction, ajoutée au clair de lune, à la senteur enivrante des roses et à la douceur de la nuit eut raison de sa prudence.
Lentement, il se pencha vers elle. Elle fit mine de reculer mais la main de Brian l'en empêcha.
— Cushla machree, murmura-t-il en souriant.
Elle sentit alors ses lèvres se poser doucement sur les siennes, aussi légères que l'aile d'un papillon. Cette simple caresse éveilla en elle un brusque accès de désir qui la prit de court. Lorsqu'il l'attira contre lui, elle ne chercha pas à résister, s'abandonnant aux sensations délicieuses que lui procuraient ses mains qui descendaient le long de son dos.
Il mordilla légèrement sa lèvre inférieure et elle frémit de part en part tandis que sa bouche s'ouvrait pour accueillir celle de Brian. Son sang se mit à bouillonner dans ses veines alors qu'une chaleur troublante se répandait dans chacun de ses membres. »

Extrait de 
Filles d'Irlande - L'intégrale
Nora Roberts
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
« Burt entra comme un fou dans l'hôpital et se précipita au bureau des admissions.
— Où est ma femme ?
— Nom ? demanda la secrétaire sans lever la tête.
— Logan. Susan Logan.
— Quand a-t-elle été admise ?
— Je ne sais pas. Il y a une heure ou deux.
La secrétaire commença à taper sur le clavier de son ordinateur.
— Pour quel motif ?
— Euh, je... enfin, elle est enceinte.
— La maternité ?
Elle tapa sur une touche et lut l'écran.
— Désolée, monsieur Logan. Nous n'avons pas reçu votre femme.
— Je sais qu'elle est ici, s'écria-t-il en sortant l'ordonnance de sa poche. Dr Morgan. Je veux voir le Dr Morgan.
— Le Dr Morgan est en train d'accoucher une autre patiente. Vous pouvez aller voir au cinquième étage, pour... »

Extrait de 
Filles d'Irlande - L'intégrale
Nora Roberts
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
« C’est ça. Bien sûr. Tu crois que tu avais la situation en main, l’autre fois, dans les écuries, lorsque ce palefrenier était couché sur toi dans le foin ?
Ce rappel la pétrifia. Travis la vit devenir blanche comme un linge et se détourner précipitamment. Avec un juron étouffé, il la prit par les épaules et la fit pivoter vers lui, l’obligeant à soutenir son regard.
— Addy... Je suis désolé. Je ne sais pas ce qui m’a pris de te balancer ça à la figure.
Les yeux luisants de larmes contenues, elle se dégagea avec colère.
— Ce qui est fait est fait, master Grant. C’est vous qui êtes le maître, comme vous ne cessez de me le répéter. Vous m’avez également rappelé tout à l’heure que vous ne m’aviez pas amenée ici pour me distraire. Alors ôtez-vous de là que je puisse me mettre au travail.
— Adelia...
— Oh, mille pardons. Je ne me suis pas exprimée assez humblement sans doute.
Retirant sa casquette, elle s’inclina profondément devant lui.
— Si Votre Honneur voulait bien m’accorder le privilège de disparaître de ce box... »

Extrait de 
Filles d'Irlande - L'intégrale
Nora Roberts
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
« Elle éclata de nouveau de rire, puis capta la lueur incandescente de son regard et s'éclaircit la voix.
—      Je crois que je boirais bien une goutte de vin. Je t'en sers un verre ?
Il leva sa bière en guise de réponse.
—    Ah oui, pardon. J'oubliais.
Avec un rire nerveux, elle lui tourna le dos pour attraper une bouteille de vin blanc puis secoua la tête en croisant son regard.
—    Il va falloir que tu arrêtes ça.
—    Que j'arrête quoi ?
—      De me donner l'impression que je suis nue. Tiens, va donc mettre un peu de musique, lui intima-t-elle. Ouvre une fenêtre ou deux pour nous donner un peu d'air. Et laisse- moi une minute pour évacuer les brumes libidineuses qui m'obscurcissent le cerveau. Comme ça, je serai de nouveau en état de soutenir une conversation.
—      Toi ? Je ne me fais aucun souci pour tes capacités d'expression. Elles sont plutôt surdéveloppées dans l'ensemble.
Cybil but une gorgée de vin blanc et descendit de son tabouret. »

Extrait de 
-La saga des MacGregor - Tome 11 - Le triomphe de la passion
Nora Roberts
Avez vous apprécié cet extrait ? 0


  • aller en page :
  • 1
  • 2