Artikel Internet Explorer 11 nu beschikbaar voor Windows 7Lees meer | Ice Age 5 - Kollision voraus! (2016) | taiwan27
Livres
432 535
Membres
354 564

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Ma douce Audrina ajouté par ilovelire 2016-10-02T22:13:46+02:00

Je ne sais quoi d’étrange hantait la maison où j’ai grandi. Les recoins étaient peuplés d’ombres, les escaliers emplis de chuchotements, le temps était erratique et la sincérité ne l’était pas moins. Je l’ai toujours su – mais comment le savais-je ?

Il s’y livrait une guerre permanente, guerre silencieuse, larvée, qui ne faisait pas crépiter les fusils ; les corps tombés au champ d’honneur n’étaient que des désirs assassinés, les balles étaient des mots, et quand le sang coulait, on disait que c’était de l’orgueil.

Afficher en entier
Extrait de Ma douce Audrina ajouté par Edith972 2016-02-14T17:12:11+01:00

Comment comprendre ce qui se passait dans cette maison ? Des courants souterrains circulaient, aussi peu sûrs que les fleuves qui couraient vers la mer, toute proche.

Afficher en entier
Extrait de Ma douce Audrina ajouté par Edith972 2016-02-14T17:11:25+01:00

"-Normal? Qu'est-ce qui est normal?! A mon avis, le normal n'est rien d'autre que ce qui est ordinaire, médiocre. La vie appartient à quelques individus rares et exceptionnels qui osent être différents."

Afficher en entier
Extrait de Ma douce Audrina ajouté par ilovelire 2016-10-02T22:34:16+02:00

Bientôt tous les chocolats furent mangés, et Vera ne me laissa que la boîte en forme de cœur, vide. Je ne sais pourquoi, la vue de ce cœur rouge me touchait. Comme ce garçon était gentil d’avoir donné ces friandises à Vera. Je n’aurais pas cru que Vera pouvait inspirer l’amour ; même sa mère se détournait d’elle.

Afficher en entier
Extrait de Ma douce Audrina ajouté par ilovelire 2016-10-02T22:31:04+02:00

Je possédais une petite bague avec une pierre de lune. Je l’attachai à un bout de ficelle, comme je l’avais vu faire à Mrs Allismore : grâce à son truc, j’allais faire gagner un tas d’argent à Papa. Il m’avait toujours dit que la spéculation boursière était non pas une science, mais un art, et ce que j’allais faire me semblait d’une extrême créativité. Une épingle que j’accrochai à la bague avec un bout de fil allait me servir d’index pour préciser la position de mon pendule. Par deux fois, l’épingle s’immobilisa sur le nom d’une même action. J’essayai de toutes mes forces qu’elle s’y arrête une troisième fois. Car, en toutes choses, trois était un chiffre magique. Mais rien à faire, même en essayant de guider la bague : elle paraissait vraiment dotée d’une volonté autonome. Exactement comme l’alliance, quand elle se balançait au-dessus du ventre de Maman : les mêmes hésitations, la même indécision.

Afficher en entier
Extrait de Ma douce Audrina ajouté par ilovelire 2016-10-02T22:26:41+02:00

Le lendemain matin, je ne pensais plus qu’à mon projet d’escapade chez les voisins. Ellsbeth soignait Vera. Maman était restée au lit à cause de sa nausée, et j’en profitai pour m’esquiver sans que personne s’en aperçoive. C’était la première fois de ma vie.

Dans les bois, l’ombre était épaisse. Je désobéissais, exactement comme Parfaite Audrina, mais la vue du ciel bleu, tout là-haut, me disait qu’il ne pleuvrait pas, et je savais que sans la pluie il était impossible que la chose se reproduise.

Afficher en entier
Extrait de Ma douce Audrina ajouté par ilovelire 2016-10-02T22:25:54+02:00

Ils jaillissent des buissons. Ils sont trois. Cours, plus vite, plus vite ! Ils ne pourront pas m’attraper, si je cours vite. Mes jambes se détendent, je me mets à courir, mais… pas assez vite.

Hurle, vas-y, hurle fort, plus fort !

Je me débats, à coups de pied, à coups d’ongle, à coups de tête en plein dans la mâchoire du garçon qui m’attache les mains derrière le dos.

Mais Dieu ne m’entend pas crier à l’aide. Personne n’entend. Hurle, hurle, hurle encore ! Mais bientôt, je ne peux plus hurler. Il n’y a plus que la honte, l’humiliation ; et les mains impitoyables qui arrachent, déchirent, profanent.

Afficher en entier
Extrait de Ma douce Audrina ajouté par ilovelire 2016-10-02T22:25:21+02:00

— Balance-toi, Audrina, balance-toi, m’ordonnait Papa. Fais craquer les lattes du plancher. Les brumes vont t’envelopper, les murs s’évanouiront, entends tinter les carillons éoliens. Ils te ramènent aux lieux de ta mémoire et tu y recueilleras les dons qui furent les siens. Désormais, ils ne lui sont plus d’aucun usage, et tu en feras ton profit. Chante…

Afficher en entier
Extrait de Ma douce Audrina ajouté par ilovelire 2016-10-02T22:16:26+02:00

J’aimais bien regarder Maman étendue sur cette méridienne. Derrière elle, il y avait le grand piano de concert que son père lui avait offert à l’occasion d’une médaille d’or reçue à un concours de musique. Elle me disait souvent qu’elle aurait très bien pu donner des concerts dans les plus célèbres salles, mais que Papa n’avait pas voulu que sa femme devienne une musicienne professionnelle. « Avoir trop de talent peut faire le malheur d’une femme, Audrina. Les hommes détestent l’idée que leur épouse puisse gagner plus d’argent qu’eux. » Sa main retombait à la dérive. Sans même regarder, elle trouvait dans la boîte toute proche son chocolat préféré et l’enfournait prestement. Mon père la mettait souvent en garde : le chocolat fait grossir ! Mais elle ne grossissait jamais.

Elle était grande et élancée avec les courbes qu’il fallait là où il fallait. Papa disait souvent qu’elle était la plus jolie femme de toute la côte Est et racontait qu’à l’époque de son premier bal elle avait été la coqueluche de l’année. Les hommes les plus beaux et les plus fortunés avaient demandé sa main, mais les allures de beau ténébreux et le charme de Damian Jonathan Adare l’avaient littéralement soulevée de terre. « Il l’emportait sur tous les hommes que j’avais pu connaître, Audrina. Lorsque ton père est revenu après de longs mois de service en mer, toutes les filles étaient folles de lui. Je me sentais comblée qu’il consente seulement à poser les yeux sur moi. » Mais bientôt le visage de Maman s’assombrissait, peut-être à la pensée d’une autre jeune fille sur qui Papa avait posé ces mêmes yeux.

Afficher en entier
Extrait de Ma douce Audrina ajouté par ilovelire 2016-10-02T22:15:34+02:00

Si tu marches sur le noir tu vivras dans un placard

Si tu marches sur le vert toujours sale tu auras l’air

Si tu marches sur le bleu tu n’auras pas d’amoureux

Si tu marches sur l’orange tu feras hurler les anges

Si tu marches sur le rouge au tombeau morte ne bouge.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode