Bonnie & Clyde ... | Peter Gabriel - Back to Front Live in London. | HD Haunted Transylvania 2
Livres
432 539
Membres
354 569

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de La Famille Logan, tome 1 : Melody ajouté par ilovelire 2016-05-24T22:55:25+02:00

Quand nous atteignîmes la crête je fis halte pour contempler l’océan. Au loin, deux bateau de pêche progressaient en sens contraire, l’un vers l’horizon l'autre vers la rive; un voilier glissait sur les vagues, les voiles blanches gonflées de vent. Sur ma droite, des cabanes s'étiraient le long des dunes. Et très haut sur nos têtes, flèches lancées dans le ciel bleu, un vol d’oies cendrées s'en allait en direction du nord.

Tant de beauté me réconfortait, l'air salin semblait balayer de son souffle la tristesse de mon cœur. Ce lieu, pensai-je alors, avait été le terrain de jeux de mon père. Et maintenant, au moins pour un temps, il allait être le mien.

Afficher en entier
Extrait de La Famille Logan, tome 1 : Melody ajouté par ilovelire 2016-05-24T22:54:42+02:00

Cary était grand, et ressemblait vraiment beaucoup à son père. Même teint mat et mêmes traits, mais en moins rudes, et ses yeux étaient du même vert que ceux de papa S’ils paraissaient plus brillants que les siens, c’était sans doute à cause de ses cheveux plus foncés, presque noirs et assez longs. Ils lui arrivaient pratiquement aux épaules. Il portait un jean et une chemise de toile bleue, aux manches roulées jusqu’aux coudes.

Afficher en entier
Extrait de La Famille Logan, tome 1 : Melody ajouté par ilovelire 2016-05-24T22:53:00+02:00

Un peu après Richmond, nous fîmes halte pour le petit déjeuner, puis nous repartîmes vers le nord. J’aperçus le Capitole de loin, à quelque distance de la route. Maman avait pourtant promis que nous verrions des tas de choses intéressantes, à Washington, mais ne fut pas question de nous y arrêter. Ni à Baltimore ni dans aucune autre grande ville. Apparemment, Archie et maman étaient pressés d’arriver à Provincetown. Je commençai à m'interroger sur les parents que nous allions rencontrer.

Je ne savais pas grand-chose d’eux, bien sûr. À part le fait qu’ils vivaient au cap Cod, que papa avait un jeune frère et que toute sa famille pratiquait depuis des générations la pêche au homard. Le père de papa avait pris sa retraite, et sa femme et lui habitaient une maison trop grande pour eux seuls. A part ça, j'ignorais tout d’eux. Quand je demandais à maman combien d’enfants avait le frère cadet de papa, elle parlait de deux jumeaux, un garçon et une fille. Un autre enfant était né après qu’elle avait quitté la ville avec papa, mais elle ignorait le sexe de celui-là Par contre, elle croyait se souvenir que les jumeaux étaient à peu près de mon âge, ou peut-être un peu plus vieux.

Afficher en entier
Extrait de La Famille Logan, tome 1 : Melody ajouté par ilovelire 2016-05-24T22:52:26+02:00

À cette petite table, j’avais pris d’innombrables repas en compagnie de papa. Sur ce canapé fatigué, je m’étais blottie des milliers de fois dans ses bras en regardant la télévision. Dans ce même coin, j’avais soufflé bien des bougies d’anniversaire. Dans celui-là, nous installions toujours notre petit sapin pour le décorer. Les cadeaux ne formaient jamais des piles impressionnantes, chez nous, mais je trouvais toujours cela très palpitant.

Afficher en entier
Extrait de La Famille Logan, tome 1 : Melody ajouté par ilovelire 2016-05-24T22:52:21+02:00

Rien n’était plus mystérieux à mes yeux que l’amour entre un homme et une femme. En classe, j’avais eu quelques passades pour des garçons, et pour le moment je recherchais surtout la compagnie de Hobby Lockwood. Comme ma meilleure amie, Alice, était la fille la plus brillante du lycée, je pensais qu’elle en saurait beaucoup sur l’amour, même si elle n’avait jamais eu de petit ami. Elle était très gentille mais pas très recherchée, ce qui s’expliquait. Elle pesait au moins douze kilos de trop, sa mère l’obligeait à garder ses nattes et elle n’avait droit à aucun maquillage, pas même un peu de rouge à lèvres. Je n’avais jamais vu personne lire autant qu’elle. Persuadée qu’elle avait dû, au cours de ses lectures, glaner quelques informations sur l’amour, je l’interrogeai donc à ce sujet.

Afficher en entier
Extrait de La Famille Logan, tome 1 : Melody ajouté par ilovelire 2016-05-24T22:52:10+02:00

Je n’ai jamais compris comment papa, élevé au cap Cod dans une famille de pêcheurs, avait échoué dans un endroit où il était privé toute la journée de soleil et de ciel. Je savais que la mer lui manquait, mais nous n'étions jamais retournés au Cap et n’avions aucune relation avec sa famille. J’ignorais même le nombre de mes cousins, comment ils s’appelaient, et je n’avais jamais rencontré mes grands-parents. Tout ce que j’avais vu d’eux, c’était une photographie en noir et blanc, toute pâlie, montrant la mère de papa debout derrière son mari assis clans un fauteuil. Tous deux semblaient très mécontents d’être photographiés. Le père de papa portait la barbe, et devait être aussi grand que lui. Sa mère paraissait menue, mais je lui trouvais un regard dur et froid.

Afficher en entier
Extrait de La Famille Logan, tome 1 : Melody ajouté par ilovelire 2016-05-24T22:52:02+02:00

Nous vivions à Sewell, un village bâti par la compagnie minière au creux d’une petite vallée. Sa rue principale pos- sédait une église, un bureau de poste, une demi-douzaine de boutiques, deux restaurants, une morgue et un cinéma théâtre, ouvert seulement pendant le week-end. Les cabanes de mineurs étaient toutes de la même couleur brunâtre, simples baraquements de planches coiffées d’un toit en carton goudronné. Mais là, au moins, il y avait des enfants de mon âge. Dans l’enceinte réservée aux caravanes, à Minerai Acres, il n’y en avait pas. J’aurais tellement voulu avoir un frère ou une sœur, pour me tenir compagnie ! Un jour, je confiai ce désir à maman. Elle fit la grimace et me dit en soupirant qu'à ma naissance elle était encore presque une enfant elle-même.

Afficher en entier
Extrait de La Famille Logan, tome 1 : Melody ajouté par ilovelire 2016-05-24T22:51:53+02:00

Parfois, le soir en rentrant, papa levait la tête bien avant d’arriver au portail du lotissement et me voyait lui faire signe. Notre caravane était placée près de l’entrée, et notre petite cour de devant faisait face à la route de Sewell. Quand il m'apercevait, papa hâtait le pas et agitait son casque de mineur comme un étendard. Jusqu’à mes douze ans, environ, j’ai dû l’attendre à côté de la caravane de Papa George et Mama Arlène, parce que maman non plus n’était pas encore rentrée. Il n'était pas rare qu’elle aille quelque part et ne soit pas revenue pour le dîner. En général, elle allait chez Frankie, un snack-bar, avec ses collègues de travail et des amis, et ils écoutaient le juke-box. Mais papa était très bon cuisinier et j’appris à cuisiner, moi aussi, pour pouvoir le décharger de la plus grande partie de la besogne. Nous mangions en tête à tête plus souvent qu’à notre tour, tous les deux. Il ne se plaignait jamais de l'absence de maman, mais cela m’arrivait. Et c’était lui qui me demandait de me montrer compréhensive.

Afficher en entier
Extrait de La Famille Logan, tome 1 : Melody ajouté par ilovelire 2016-05-24T22:51:35+02:00

Les gens disaient que nous n’avions pas l’air d’être mère et fille, mais qu’on nous prenait pour deux sœurs. J’avais ses traits délicats et son petit nez, mais pas ses cheveux châtains. Les miens étaient plus clairs, presque paille Une fois, je lui demandai de les teindre de la même couleur que les siens, mais elle refusa. Ce blond était très joli, affirma-t-elle. Mais j’étais loin de me sentir aussi sûre de ma beauté qu’elle l’était de la sienne, quoi qu’en dise papa. Il répétait toujours que s’il était si pressé de rentrer chez lui, le soir, c’était pour retrouver les deux jolies femmes qui l’attendaient.

Afficher en entier
Extrait de La Famille Logan, tome 1 : Melody ajouté par ilovelire 2016-05-24T22:51:26+02:00

Je souhaitais très fort que maman ne soit pas toujours aussi malheureuse. Elle se plaignait d’avoir à travailler au salon de coiffure «Chez Francine», de laver et permanenter les cheveux des autres femmes, bien que tout le monde reconnût ses talents de coiffeuse. Elle adorait entendre les riches clientes bavarder, parler de leurs voyages et de leurs achats. Mais elle était un peu comme une fillette émerveillée, le nez collé à une vitrine remplie de choses qu’elle ne pourrait jamais s’offrir.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode