Pivot Stickfigure Animator 2.2.7 | Yeardley Smith | Sinatra Club
Livres
432 722
Membres
354 738

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'amant de Lady Chatterley



Description ajoutée par Gambit 2010-04-02T21:16:07+02:00

Résumé

Première Édition - 1954.

"Elle ouvrit la porte et regarda la pluie drue et lourde, semblable à un rideau d'acier, et elle eut soudain envie de se jeter dans la pluie, de sortir, de fuir.

Elle se leva, et se mit vivement à retirer ses bas, puis sa robe et ses dessous.

II retint son souffle.

Ses seins effilés et aigus d'animal pointaient et bougeaient à chacun de ses mouvements.

Elle avait une couleur d'ivoire dans la lumière un peu verte.

Elle remit ses chaussures de caoutchouc et s'élança dehors avec un petit rire sauvage, et les seins présentés à la lourde pluie, les bras écartés, elle se mit à courir de-ci de-là, indistincte dans la pluie, exécutant les mouvements de danse rythmique qu'elle avait appris il y avait si longtemps à Dresde. C'était une étrange silhouette pâle qui s'élevait et retombait, se penchant en sorte que la pluie venait frapper en reflets luisants les hanches pleines, se redressant et s'avançant, le ventre en avant, à travers la pluie, puis s'inclinant de nouveau en sorte que seuls ses fesses et ses reins, pleinement offerts, se tendaient vers lui en une sorte d'hommage, en un rite sauvage d'obédience."

Source : Pocket

Afficher en entier

Classement en biblio - 179 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Rahan 2011-04-02T13:49:50+02:00

Nous vivons dans un âge essentiellement tragique ; aussi refusons-nous de le prendre au tragique. Le cataclysme est accompli ; nous commençons à bâtir de nouveaux petits habitats, à fonder de nouveaux petits espoirs. C'est un travail assez dur : il n'y a plus maintenant de route aisée vers l'avenir : nous tournons les obstacles ou nous grimpons péniblement pardessus. Il faut bien que nous vivions, malgré la chute de tant de cieux.

Telle était à peu près la situation de Constance Chatterley. La guerre avait fait écrouler les toits sur sa tête. Et elle avait compris qu'il faut vivre et apprendre.

Elle avait épousé Clifford Chatterley en 1917, pendant une permission d'un mois qu'il avait passée en Angleterre. Ils avaient eu un mois de lune de miel, après quoi il était reparti pour le front des Flandres1. Et six mois plus tard, il était ramené en Angleterre plus ou moins en morceaux. Constance, sa femme, avait alors vingt-trois ans ; lui, vingt-neuf.

Il avait une merveilleuse emprise sur la vie. Il ne mourut pas ; ses débris semblèrent se rejoindre. Il resta deux ans entre les mains des médecins. Puis on le déclara guéri, et on le renvoya à la vie avec la moitié inférieure de son corps, à partir des hanches, paralysée pour toujours.

C'était en 1920. Ils retournèrent, Clifford et Constance, chez lui, à Wragby Hall, le domaine de famille. Son père était mort, Clifford avait hérité du titre ; il était Sir Clifford, et Constance était Lady Chatterley. Ils vinrent commencer la vie en commun dans le château, un peu à l'abandon, des Chatterley, avec un revenu un peu insuffisant. Clifford avait une sœur, mais elle était partie. Il n'avait pas d'autres parents proches. Son frère aîné était mort à la guerre. Estropié pour la vie, sachant qu'il ne pourrait jamais avoir d'enfants, Clifford revint aux fumeux Midlands2 pour faire vivre, tant qu'il le pourrait, le nom de Chatterley.

Il supportait assez allégrement son sort. Il pouvait aller et venir dans une petite voiture qu'il manœuvrait lui-même, et il en avait une autre, avec un moteur, pour se promener lentement dans le beau parc mélancolique dont il était en réalité si fier malgré les airs détachés qu'il se donnait en en parlant.

Il avait tant souffert que sa capacité de souffrir s'était quelque peu épuisée. Il restait étrangement vif, et joyeux, et presque gai, avec son beau teint, son air de santé, ses yeux bleu clair, brillants et provocants. Il avait de larges et fortes épaules, des mains puissantes. Il était coûteusement vêtu, portait de belles cravates de Bond Street3. Et pourtant sur son visage perçait encore le regard qui épie, l'air un peu absent de l'estropié.

Il avait été si près de perdre la vie que ce qu'il lui en restait lui était merveilleusement précieux. On lisait clairement dans l'inquiet éclat de ses yeux l'orgueil d'être encore vivant après une telle aventure. Mais il avait été si touché qu'en lui quelque chose était mort ; quelques-uns de ses sentiments avaient disparu ; il y avait comme un vide d'insensibilité.

Constance, sa femme, était une belle fille saine et campagnarde avec des cheveux doux et bruns, un corps solide, et de lents mouvements pleins d'une énergie peu commune. Elle avait de grands yeux étonnés, une voix douce et moelleuse, et semblait venue tout droit de son village natal. Ce n'était nullement le cas. Son père était le vieux Sir Malcolm Reid, membre de l'Académie royale de peinture, qui avait eu son heure de célébrité. Sa mère avait été un des membres cultivés de la Société Fabienne4, en ces beaux jours un peu préraphaélites5. Au milieu d'artistes et de socialistes cultivés, Constance et sa sœur Hilda avaient reçu ce qu'on pourrait appeler une éducation esthétiquement sans conventions. On les avait menées à Paris, à Rome, à Florence, pour leur faire respirer une atmosphère d'art ; et on les avait menées aussi ailleurs, à La Haye et à Berlin6, aux grands congrès socialistes où les orateurs parlaient toutes les langues civilisées et où personne ne s'étonnait de rien.

Ainsi les deux jeunes filles, dès leur enfance, avaient vécu à leur aise parmi les théories d'art et les spéculations politiques. Elles étaient à la fois cosmopolites et provinciales, de ce provincialisme cosmopolite qui distingue l'art quand il s'allie à un pur idéal social.

À l'âge de quinze ans, on les avait envoyées à Dresde7 pour étudier la musique entre autres choses. Et elles s'y étaient bien amusées. Elles vivaient librement parmi les étudiants, elles discutaient philosophie, sociologie et art avec les hommes ; elles valaient bien les hommes ; elles valaient plus qu'eux puisqu'elles étaient femmes. Elles partaient en balade dans les bois avec de solides jeunes gens qui portaient des guitares. Elles chantaient les chants des Wandervögel8 ; elles étaient libres ! Libres ! C'était le grand mot : libres de courir le monde, de parcourir les forêts matinales, avec de vigoureux jeunes gens aux belles voix, libres de faire ce qu'elles voulaient et, surtout, de dire ce qu'elles voulaient. C'était la conversation qui comptait le plus, l'échange passionné de paroles ! L'amour n'était qu'un accompagnement.

Avant d'atteindre dix-huit ans, Hilda et Constance avaient toutes deux essayé de l'amour. Les jeunes gens avec qui elles causaient si passionnément et chantaient si joyeusement et campaient sous les arbres avec tant de liberté, désiraient, cela va sans dire, aller plus loin. Les jeunes filles hésitaient ; mais on avait tant discuté l'amour, on avait tant déclaré qu'il était de première importance ! Et les hommes étaient si humbles, si implorants ! Pourquoi une jeune fille n'aurait-elle pas agi en reine, et fait le don d'elle-même ?

Ainsi elles avaient fait le don d'elles-mêmes, chacune au jeune homme avec qui elle discutait le plus subtilement, le plus intimement. La discussion était la plus grande chose ; l'amour, les rapports charnels n'étaient qu'une sorte de retour à l'instinct, une espèce de réaction. Ensuite, on aimait un peu moins le jeune homme, on avait une légère tendance à le détester comme s'il avait violé une intimité secrète, une liberté défendue. Car toute la dignité d'une jeune fille, toute sa signification dans l'existence ne consistaient qu'en l'accomplissement d'une parfaite, d'une pure, d'une noble liberté. Que pouvait signifier la vie d'une jeune fille sinon le rejet des anciennes et sordides relations entre sexes, de l'ancienne et sordide sujétion ?

Et, de quelque sentimentalité qu'on l'eût peinte, toute cette question de sexe était une des relations, une des sujétions les plus anciennes et les plus sordides. Les poètes qui l'avaient glorifiée étaient surtout des hommes. Les femmes avaient toujours su qu'il y avait quelque chose de meilleur, quelque chose de plus haut. Et maintenant elles le savaient avec plus de précision que jamais. La belle et fière liberté de la femme était supérieure à toute espèce d'amour sexuel ! Par malheur, le point de vue des hommes était si arriéré ! Ils s'entêtaient comme des chiens à vouloir l'acte sexuel.

Et la femme était bien forcée de céder. L'homme était comme un enfant plein d'appétits. Si la femme ne lui cédait pas, il ferait l'enfant, se rendrait insupportable, s'en irait en gâtant ce qui aurait pu être si agréable. Mais une femme pouvait céder à un homme sans céder son moi profond et libre. Les poètes, les gens qui parlent de l'amour ne semblaient pas en avoir assez tenu compte. Une femme pouvait prendre un homme sans s'abandonner vraiment. Au contraire, elle pouvait user de l'acte sexuel pour acquérir un pouvoir sur l'homme. Pendant l'acte physique, elle n'avait qu'à se retenir, laisser l'homme finir et se répandre, sans jouir elle-même. Et puis, elle pouvait prolonger l'étreinte et achever son spasme en ne faisant de lui qu'un instrument.

Quand la guerre éclata et qu'elles furent en hâte rappelées chez elles, les deux sœurs avaient eu toutes deux leur aventure amoureuse. Aucune n'avait jamais aimé un jeune homme sans s'être sentie très près de lui en paroles ; il leur fallait des conversations passionnantes. Le profond, l'extraordinaire, l'incroyable intérêt qu'il y avait à causer passionnément, heure après heure, jour après jour, pendant des mois avec un jeune homme vraiment intelligent ; voilà ce qu'elles n'avaient jamais imaginé avant d'en faire l'expérience ! La promesse paradisiaque : « Tu auras des hommes avec qui tu pourras causer », n'avait jamais été exprimée et elle s'était accomplie avant qu'elles eussent compris tout ce que contenait cette merveilleuse promesse.

1. Lors de l'offensive de 1917 dans les Flandres, les armées britanniques subirent de très lourdes pertes.

2. Midlands : région du centre de l'Angleterre dont la partie ouest, aussi appelée le Pays Noir, est une vaste zone industrielle qui s'est développée à partir du bassin houiller.

3. Bond Street : rue du centre de Londres, célèbre pour ses boutiques élégantes.

4. D'inspiration socialiste, mais rejetant toute action révolutionnaire violente, la Fabian Society, fondée en 1884, était ainsi nommée d'après le général romain Quintus Fabius Maximus surnommé « Cunctator » (« Temporisateur ») à cause de sa tactique essentiellement défensive contre Hannibal. Les Fabiens préconisaient une évolution progressive de la société et cherchaient avant tout à influencer les sphères gouvernementales en leur proposant des idées par leurs nombreux essais et pamphlets. Proches des premiers Trade Unions, ils contribuèrent à la création du parti travailliste. Parmi leurs membres les plus célèbres il y eut George Bernard Shaw, Keir Hardie, H.G. Wells, Sidney et Béatrice Webb.

5. Les préraphaélites : nom que se donnèrent en 1848 un groupe de peintres et de critiques très liés à Ruskin, parmi lesquels J.E. Millais, D.G. Rossetti et W. Holman Hunt. Ils voulaient revenir à la pureté de la peinture du Quattrocento contre ce qu'ils considéraient comme l'influence corruptrice de Raphaël. Leur symbolisme mystique, souvent lié à des thèmes médiévaux, eut une influence profonde sur la peinture et la poésie anglaises pendant toute la seconde moitié du XIXe siècle.

6. Un congrès des sociaux-démocrates allemands se tint à Berlin en 1905 et la Seconde Conférence de la Paix eut lieu à La Haye en 1907.

7. Dresde était à l'époque l'une des villes d'Allemagne les plus célèbres pour sa vie artistique et musicale. C'est à Dresde que va Gudrun après la mort de Gerald, à la fin de Femmes amoureuses.

8. « Oiseau migrateur » (allemand). Wandervögel était le nom que s'étaient donné des groupes de scouts allemands qui faisaient de vastes randonnées à pied.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Ambere 2018-04-25T11:20:32+02:00
Or

Ce livre a été une révélation pour moi. Bien avant la mode des livres de romances insipides (Harlequin) et plus récemment les bêtises de romances à base de bad boys et de jeune fille frivole que l’on voit fleurir sur les etals des magasins, cette œuvre est une référence en matière de romance, de sensualité et d’érotisme.

L’attirance de Constance pour son garde-chasse, la lutte des classe qui s’opére, sous fond de déliquescence de l’Empire Brittanique, donne beaucoup de charme à cette œuvre tres sulfureuse, surtout pour l’époque.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par NuncaStill 2018-03-01T14:13:34+01:00
Argent

Le livre de D.H. Lawrence est comme un péché mignon sensuel. Question de goût personnel mais son amant reste un fantasme intemporel. L'ambiance de l'ensemble de l'histoire reste à même de provoquer ce petit sursaut de désir qui fait irradier en toi une petite pointe de plaisir au moment de la lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Stephanie-61 2018-02-23T12:59:39+01:00
Bronze

dire que j'ai apprécié ce livre serait grandement exagéré, je me suis ennuyée à tel point qu'à la moitié du livre j'ai failli l'abandonner, j'ai tenu bon uniquement parce que le rythme et l'histoire s'est enrichie en 2ème partie. Mais ça ne reste à mon avis qu'un livre qui a très mal vieilli et j'ai du mal à comprendre pourquoi il a provoqué un tel scandale quand il est sorti question d'époque sûrement. Aujourd'hui il semble juste plat, j'ai néanmoins remarqué la similitude des conditions de vie des ouvriers, avec ceux de nos jours. La fin est bizarre et finalement décevante car l'auteur ne va pas au bout de son histoire et du devenir des personnages.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lelette1610 2017-09-21T11:02:25+02:00
Bronze

D.H. Lawrence nous livre un roman sensuel, au travers de la passion de Lady Chatterley et du garde-chasse, mais pas que, il parle également du rapport des classes sociales qui se trouvent remis en question après la première guerre mondiale.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par coeurdechristal 2017-04-19T18:44:25+02:00
Lu aussi

Aujourd'hui ce roman ne représente aucunement une originalité quelconque. Pourtant, quant on y pense, il s'agit-là du PREMIER livre faisant preuve " d'érotisme", qui laisse voir le désir de la femme et non ce lui de l'homme. DH Lawrence indique dans son ouvrage qu'il a voulu montré la sexualité telle qu'elle était réellement.

Ce qui est bien, c'est que même si Lady Chatterley trompe son mari, l'auteur ne fait aucun jugement de valeur. À cette époque, il s'agissait d'un énorme scandale, non seulement on voit l'adultère, mais le désir et le plaisir de la femme est mis en valeur et n'étant pas jugé mauvais. Constance a des émotions, elle n'est aucunement froide et ne le fait pas que pour du sexe, c'est remarquable je trouve qu'un auteur présente cette réalité.

Autre que le critère de l'érotisme, on y voit aussi beaucoup la critique que porte l'auteur face au modernisme. Autant il éprouve beaucoup de tendresse pour Constance autant il méprise totalement Clifford.

Il ne faut pas oublier quand on lit cet oeuvre, qu'on ne se situe pas du tout à la même époque et ça, ça joue une importance capitale dans le roman puisque ce qu'on appelait érotique autrefois n'est plus aussi similaire. À lire :)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Bookievore 2016-11-08T20:19:57+01:00
Envies

J'ai essayé de lire ce roman il y a un moment, j'en ai beaucoup entendu parlé, mais j'ai du laisser tomer car j'avais trop de livres à lire à l'époque; je pense que je retenterais le coup, j'aime bien cette illustration.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par oriandis94 2016-05-16T08:29:06+02:00
Argent

Le premier livre érotique que j'ai lu. L'histoire en elle-même n'a rien d'originale. Une femme d'un riche homme qui s'ennuie dans sa grande maison, et qui trouve du réconfort auprès du garde-chasse. Cela dit l'histoire au delà du sexe, traite aussi des conditions sociales. Est-ce qu'une femme riche peut se marier et aller vivre avec un garde-chasse qui n'est pas positionné au même rang qu'elle. Une belle histoire quand même, que j'ai appécié.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lnf80 2016-01-10T18:42:47+01:00
Lu aussi

Roman qui au dela d'une histoire d'amour nous montre différentes choses. On voit l'évolution de la société anglaise au travers les deux classes principales. Le mal être des ladies de l'époque. Bref un bon roman qu'il faut avoir lu et qui était très avangardiste pour l'époque

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Edith972 2014-07-28T21:06:33+02:00
Diamant

Un très beau roman dans l'athmosphère anglaise du XXème siècle. C'est une belle histoire d'amour qui m'est resté gravé à tout jamais. Il faut absolument l'avoir lu au moins une fois dans sa vie. Un classique indémodable.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mimivar 2014-04-02T01:45:04+02:00
Diamant

Une romance comme il ne s'en écrit plus.

Une histoire d'amour d'une autre époque où l'on passe par toutes les gammes d'émotions.

Un classique a lire et a relire.

Afficher en entier

Date de sortie

L'amant de Lady Chatterley

  • France : 1997-01-01 - Poche (Français)

Activité récente

Ambere le place en liste or
2018-03-15T19:02:56+01:00

Les chiffres

Lecteurs 179
Commentaires 24
Extraits 6
Evaluations 37
Note globale 6.91 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Titres alternatifs

  • Lady Chatterley's Lover - Anglais

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode