1x823 Acacias 38 | IMDb: 5.8 HD Love in Design | Steven Wiig

Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Courge : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
La Ferme des animaux La Ferme des animaux
George Orwell   
Je ne pensais pas du tout trouver dans ce bouquin ce que j'y ai découvert, à savoir une réplique du communisme et ce qu'il a entrainé dans cette ferme.
Je trouve que ça montre si bien ce contre quoi les idéologies tentent de lutter, mais qui finit toujours par être rattrapé par la réalité, à savoir : la tendance humaine vers l'omnipotence, le pouvoir, la supériorité. C'est si beau, pourtant, dès le début on ne peut qu'être émerveillé ; c'est une révolution ! Sage l'Ancien l'avait prédit, son discours a fait chavirer les cœurs et tout le monde y a cru. Oui, mais voila. Une fois le pouvoir renversé, que faire ? Comment ne pas commettre les même erreurs, et s'assurer que tout est fait pour le mieux pour tout le monde ?
Ce livre m'a fait penser au livre de Werber "Le Papillon des Etoiles", à travers la reproduction d'un passé qu'on voulait abolir, presque inconsciemment, normalement. Comme si tout ça était justifié.

Mais forcément, comment croire que ceux qui, à un moment, prennent un quelconque pouvoir, voudront s'en défaire, le rendre au peuple, à celui qui a mené la révolte ? Encore faudrait-il que chacun partage l'idéologie, et soit sincère. Je revois encore, dans ce récit, celui de ces communautés utopiques, telle qu'Auroville, qui a succombé sous la pression du monde extérieur pour finalement reproduire les schémas, les erreurs, les modes de fonctionnement du monde qu'ils avaient quitté.

Ici, non seulement la réalité prend le pas sur le rêve, par la pression du social et de la nécessité matérielle, mais en plus, ceux qui détiennent le pouvoir semblent mener les esprits pour leur propres buts, qui va vers toujours plus de pouvoir, plus de privilèges, plus d'aliénation... Que faire alors, sinon une nouvelle révolution ? Mais la révolution est-elle destinée à suivre cette ellipse pour revenir, chaque fois, au point d'où elle a commencé ?
Sauvage par nature Sauvage par nature
Sarah Marquis   
Le récit de Sarah Marquis, grande exploratrice qui a traversé en 3 ans une partie de l'Asie et de l'Australie, à pied, en totale autonomie. Ce qu'elle recherche avant tout, ce sont ces terres sauvages et désertes, de Mongolie, de Sibérie, où seule face à elle-même elle vit des moments de grâce au contact d'une nature sauvage et encore préservée.
Un récit qui m'a passionné. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, le plus grand danger qu'a eu à affronter Sarah Marquis, ce ne sont ni les tempêtes, ni les loups, mais l'homme...

par juju7402
Maus, L'intégrale Maus, L'intégrale
Art Spiegelman   
Fort, bouleversant, poignant. A travers l'histoire d'un père, la Shoah nous est racontée. Quand on lit ce livre, on se sent vraiment concerné par l'histoire des souris juives, on a peur pour eux.
De plus l'histoire du père est entrecoupée de passages dans le présent où on découvre le père sous un autre jour en tant que survivant de la Shoah et on voit dans son caractère les traces profondes que la Seconde Guerre Mondiale a laissées.
Cette B.D nous fait vivre l'histoire, ce n'est pas une B.D humoristique, c'est une B.D qui nous fait pleurer sur les horreurs du passé.

par Clemdu33
Persépolis Persépolis
Marjane Satrapi   
C'est le récit d'une vie bouleversante, extraordinaire au sens propre du terme, que Marjane s'est appliquée à traduire en bandes dessinées, avec ce style si particulier fait de grands aplats noirs dans lequel se retrouvent une grande influence de David B. (l'auteur de l'Ascension du Haut-Mal, également autobiographique) mais aussi un graphisme où percent ses somptueuses influences persanes : certaines cases comportant beaucoup de personnages deviennent stylisées et s'approchent des bas-reliefs assyriens autant que des comics underground des années 70. Les scènes de répression d'une populace révoltée témoignent d'un grand savoir-faire artistique, mais on s'extasiera aussi sur ces planches où Marjane connaît ses premières hallucinations. le reste du temps, c'est un dessin direct, sans fioriture, axé sur des expressions exagérées et misant autant sur un sens du détail inouï (Marjane a la faculté d'avoir une mémoire phénoménale) que sur un recul lui conférant un humour délicat et piquant. Lire les commentaires acerbes sur la façon dont les autorités religieuses justifient le port du voile pour les femmes ou la manière dont les médias occidentaux traitaient l'information sur la guerre Iran/Irak est un réel bonheur.[...]
C'est souvent amer et souvent drôle, toujours lucide et parfois poignant ; de nombreuses scènes, sous leur aspect léger ou tendre, donnent à réfléchir : on s'aperçoit très vite que nous ne savions pas grand chose de ce qui se passait là-bas. Un grand moment de lecture, qui trouvera son apothéose au cinéma, puisque Persépolis est aussi un long-métrage d'animation, projeté à Cannes.
J'ai tendance à préférer les deux premiers volumes, peut-être moins sombres mais aussi plus émouvants, sans doute parce que l'héroïne est encore une enfant et qu'elle basculera ensuite dans l'adolescence. A lire absolument.

par Vance
Le Petit Prince Le Petit Prince
Antoine De Saint-Exupéry   
Une merveilleuse histoire. On s'y accroche à ce petit bout d'enfant. L'innocence de l'enfant et la nostalgie qu'on en a nous reviennent en pleine face quand on parcourt les pages de ce livre. Si on le lit en étant jeune (ce fut le cas pour moi), on l'apprécie sous un certain angle mais on ne perçoit pas vraiment tout ce qu'il implique... Mais en le relisant ayant grandi et mûri, on se rend compte que ce livre cache des trésors de pensées et on ne peut que se laisser transporter... Assurément un livre que je lirai plus tard à mes enfants :)

par Chouc's
Princesses oubliées ou inconnues Princesses oubliées ou inconnues
Rébecca Dautremer    Philippe Lechermeier   
Un livre superbe et plein de malices !
Connaissez-vous la princesse d'Esperluette qui prend toujours la poudre d'escampette? Celle de Fratasie bavarde comme une pie ? et celle de la Papagnasse du Péloponnèse ? Seule une grande illustratrice comme Rebecca Dautremer pouvait nous les présenter aussi bien. Et qui sait, peut-être que vous vous y reconnaîtrez ! A savourer à tout âge sans modération !
Charlie et la chocolaterie Charlie et la chocolaterie
Roald Dahl   
L'herbe en sucre...La riviére en chocolat...Les tablettes de chocolat Wonka...J'ai lue le livre et je vous recommande le film , aussi apétissant on ne peux faire mieux ! Johnny Depp se glisse dans le personnage de Willy Wonka comme dans un gant (si vous voyez ce que je veux dire cet acteur me laisse sans mots pour le qualifier tellement il est sublime <3 )
Mort accidentelle d'un anarchiste, Faut pas payer ! Mort accidentelle d'un anarchiste, Faut pas payer !
Dario Fo   
Cette pièce dénonce un fait réel. En effet, la mort de cet anarchiste à bel et bien eu lieu, et Dario Fo la présente ici avec ironie. Une pièce engagée, drôle, mais peut-être difficile à comprendre pour le grand public.
La Mouette La Mouette
Anton Tchekhov   
Cette pièce propose une réflexion méta-théâtrale très intéressante avec une galerie de personnages profonds. C'est la première pièce que je lis de Tchekhov et elle m'a vraiment plu. Bonne lecture !
La Cantatrice chauve La Cantatrice chauve
Eugène Ionesco   
Je dirait c'est une critique du fait que l'on parle pour parler, c'est triste (je precise Ionesco se revendiquait de l'avant-garde et non de l'absurde). Un de mes scene prefere et qui m'a beaucoup touché est celle où Mr et Mm Martin se voient et ne se reconnaissent pas, je dirait que ça pourrait faire penser à des couple desquelle on entend parler ils vivent au meme endoit la meme piece, mais ne se connaissent pas vivent chacun leurs vie sans jamais se connaitre.

par Nero