Business Productivity | Tokyo Magnitude 8.0 BD Subtitle Indonesia | Oktober 2014
Livres
433 277
Membres
355 170

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Billie ajouté par Didie6 2014-11-28T23:21:56+01:00

Je disais oui, oui, mais je m'en foutais total de la pièce. Tout ce que je comprenais, c'était qu'un être humain faisait attention à moi et me parlait gentiment et là, déjà, c'était plus du français, mais de la science-fiction.

Afficher en entier
Extrait de Billie ajouté par Didie6 2014-11-28T23:20:11+01:00

Et puis un jour, les choses ont bougé.

Un jour et sans le faire exprès bien sûr, mon père s'est enfin bien comporté avec moi : il est mort.

Afficher en entier
Extrait de Billie ajouté par minii_panda 2013-10-18T20:13:26+02:00

Ce qu'on avait vécu là, c'était cadeau. Maintenant, voilà. Il était déballé et basta. Laissez-nous tranquille avec. Je ne voulais pas perdre le risque de l'abîmer ou de me le faire chourer. J'avais si peu de jolies choses en moi et celle-ci je l'aimais tellement que je ne voulais plus jamais la montrer à personne.

Afficher en entier
Extrait de Billie ajouté par Didie6 2014-11-28T23:23:13+01:00

Mais c'est vrai que c'est dommage parce que le plus beau de cette scène, tu verras, c'est tout à la fin, quand Perdican s'énerve et explique à Camille que oui, tous les hommes asont des nazes et que oui, toutes les femmes sont des morues, mais qu'il n'y a rien de plus beau au monde que ce qui se passe entre un naze et une morue quand ils s'aiment. ..

Je lui ai souri.

on ne s'est rien dit d'autre mais, à ce moment la, tous les deux, on connaissait déjà la suite. (...) On le savait, et on savait que l'autre le savait aussi.

On le savait, que c'était notre dernière chance et qu'on tenait là notre revanche sur toutes ces années de solitude passées au milieu des nazes et des morues du monde entier.

Oui. On a rien dit et on a regardé par la fenêtre pour redescendre en pression, mais on le savait. Qu'en vrai, nous aussi, on était beau...

Afficher en entier
Extrait de Billie ajouté par clemia 2014-07-21T15:56:02+02:00

"Non, mais juste,je... Je te comprends pas... Et je parle pas pour toi, en fait... Je dis "toi" mais c'est pas toi, c'est... c'est au-delà de toi... C'est valable pour tout le monde... Y en a pas beaucoup des occasions dans la vie où tu peux dire ce que tu penses et en plus, de le dire bien... De le dire avec des mots déjà trouvés... De te servir d'un personnage inventé par quelqu'un d'autre pour passer en contrebande des trucs que toi aussi, tu trouves précieux... De dire qui tu es... ou qui tu voudrais être... Et de le dire mieux que tu ne pourrais jamais le faire si t'avais pas déjà sous le main des phrases déjà si belles..."

Billie

Afficher en entier
Extrait de Billie ajouté par Rayonnante 2014-04-28T18:17:09+02:00

-Bien sûr, je pourrais te proposer de rentrer un mo...

J'étais déjà en train de répondre oh... non, non quand il m'a coupée :

-... mais je ne te le propose pas, parce qu'ils ne te méritent pas.

Et ça, bien sûr, c'était autre chose que tous les blablas de Perdican...

Ça, c'était le sang que les Indiens s'échangeaient entre eux en s'ouvrant les veines.

Ça, ça voulait dire : Tu sais, petite Billie illetrée et si grossière, je l'ai très bien entendue, ton explication de tout à l'heure, et mon équipe à moi, c'est toi.

Et voilà.

La,la, reli... drela...

Afficher en entier
Extrait de Billie ajouté par Rayonnante 2014-04-28T17:57:38+02:00

Il a fini par me demander si j'avais quand même lu la pièce ou au moins notre passage de mon côté et comme je n'ai pas répondu tout de suite, il a fermé son bouquin et il m'a regardée sans rien dire.

Je sentais mes piquants qui recommençaient à pousser. J'avais pas envie qu'il me prenne la tête avec ces conneries de jactance du quatorzième siècle. Je voulais bien apprendre mes phrases obligées comme un jargon d'autrefois, genre phonétiquement, mais je ne voulais pas qu'il fasse le prof avec moi. J'en avais plein le cul des gens qui me remettaient tout le temps à ma place en me faisant sentir à quel point j'étais une grosse merde. Encore au bahut, je me la bouclais pour éviter un supplément d'embrouilles, mais pas là, pas dans cette pièce qui puait le Polident. Il fallait qu'il arrête de me regarder comme ça sinon j'allais partir. J'en pouvais plus qu'on me dévisage tout le temps. J'en pouvais plus.

-J'adore ton prénom...

Afficher en entier
Extrait de Billie ajouté par Rayonnante 2014-04-28T17:49:45+02:00

Oui, lui, là... Cette fiotte de Franck Mumu, qui avait six mois et quinze centimètres de moins que moi, qui perdait l'équilibre à chaque fois qu'on lui donnait une tape sur l'épaule et qui se faisait tout le temps emmerder à l'arrêt des cars.

C'est lui qui m'a sauvée...

Lui tout seul.

Afficher en entier
Extrait de Billie ajouté par minii_panda 2013-10-18T20:12:21+02:00

...bon, donc, je souriais et, comme je souriais, Franck Mumu était tout heureux aussi. Des petites ailes lui poussaient dans le dos et il en faisait des caisses et des caisses pour garder mon attention.

Sans le savoir, il était en train de m'offrir ma première sortie. Le premier spectacle de toute ma vie...

Afficher en entier
Extrait de Billie ajouté par minii_panda 2013-10-18T20:12:01+02:00

« Mais c'est vrai que c'est dommage parce que le plus beau de cette scène, tu verras, c'est tout à la fin, quand Perdican s'énerve et explique à Camille que oui, tous les hommes sont des nazes et que oui, toutes les femmes sont des morues, mais qu'il n'y a rien de plus beau au monde que ce qui se passe entre un naze et une morue quand ils s'aiment. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode