Gerry Mahesa Sawangen | Rupert Grint | NCIS.S06.1080p.AMZN.WEBRip.DDP5.1.x264-NTb
Livres
432 825
Membres
354 819

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Greg Rucka

172 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Biquet 2012-05-22T09:06:54+02:00

Biographie

Greg Rucka (né le 29 novembre 1969 à San Francisco, Californie) est un romancier et scénariste de comics américain.

Il débuté sa carrière littéraire par une série de romans noirs mettant en scène le personnage d'Atticus Kodiak. En 1990, il s'est lancé dans l'écriture de comic books avec des séries policières comme Whiteout, Queen & Country ou Gotham Central, toutes récompensées aux Eisner Awards.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.69/10
Nombre d'évaluations : 54

0 Citations 35 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Greg Rucka

Sortie France/Français : 2018-09-28

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par livredimension 2017-11-02T15:16:23+01:00

J'ai été très satisfaite de ce livre: je trouve le style de dessin super beau et le scénario correspondait bien à ce que je m'était imaginé les personnages étaient au top de leur forme,...donc vraiment c'est un plaisir de lire.

Alors si il vous fait envie n'hésitez plus, foncez!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par clovescentbook 2017-12-23T16:21:45+01:00

Un comics idéal pour les personnes qui voudraient se lancer dans l'univers des DC comics, et plus particulièrement de Wonder Woman. Nous repartons à zéro, reprenons les bases et redécouvrons ce personnages emblématique, complexe et extrêmement attachant. J'ai beaucoup aimé cet ouvrage, que ce soit par ses dessins, ses couleurs, son scénario mais aussi son principe. La collection Rebirth est pour moi un must-have des fans de super-héros !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pennyworth 2018-03-03T16:43:56+01:00

Une nouvelle fois, j'ai adoré ! cette série est vraiment géniale ! On est dans la continuité de No man's land avec un petit clin d'œil à Gotham central... bref, ça réunit tout ce que j'aime chez Batman.

On suit très souvent les réflexions de Sasha Bordeaux, la garde du corps de Bruce et c'est assez plaisant. Il a plusieurs histoires dans ce tome mais elles sont toutes bien ficelées et plaisantes à lire. on passe assez facilement de l'action à l'humour à la réflexion, sans jamais s'ennuyer.

Comme toujours, il y a un code couleur suivant les intrigues, le narrateur et les rebondissements avec des dominances de bleu, de noir, de jaune... j'aime beaucoup cette manière de coloriser.

Bref, j'ai vraiment aimé ce tome.

Il est présenté comme un tome de clôture mais il y aura une suite... alors c'est plutôt la conclusion d'un arc.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pennyworth 2018-03-05T14:12:43+01:00

Et bien, comme dans le premier, beaucoup beaucoup de personnages, beaucoup d'intrigues parallèles qui finissent par se rejoindre, beaucoup de rebondissements... bref, beaucoup d'action et pas d'ennui.

J'aime beaucoup la manière dont l'histoire est écrite, la façon dont les différents auteurs coopèrent pour écrire une saga avec autant d'impératifs, surtout de temps.

on redécouvre des personnages qu'on n'avait pas vu depuis longtemps ou qui apparaissent, d'autres qu'on connait mais qui sont sous un nouveau jour, des questionnements se font jour... bref, on est emporté par le tourbillon d'informations et de rebondissements.

Bref, une saga à ne pas rater !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Vance 2018-03-09T09:08:08+01:00

Avec Lazarus, Rucka reprend les mêmes éléments que dans ses précédentes séries mais placés dans un univers différent, dystopique quoiqu'élaboré sur des bases peu banales. On n'est pas loin du post-apocalyptique dans cette Terre dominée par des clans, des "Familles" instaurant un système féodal très poussé sur une population reléguée au rang de serfs ou carrément de "déchets". Peu de détails viendront enrichir le background : Rucka, sans doute poussé par des impératifs de publication, a choisi dans ce premier tome rassemblant les quatre épisodes initiaux de mettre en place d'abord l'intrigue en laissant le décor de côté, qui ne se révèle que par petites touches. Cela peut frustrer, surtout les amateurs d'anticipation pessimiste, mais ça a le mérite de focaliser l'attention du lecteur sur les protagonistes. Très vite, on découvre la famille Carlyle, régnant sur ce qui semble être une bonne partie de l'Ouest des Etats-Unis, dont une cité de Los Angeles qui se relève difficilement d'un tremblement de terre : un patriarche et ses cinq enfants à la tête d'un territoire gigantesque, partagé entre des zones d'exploitation et des résidences ultra-luxueuses et ultra-protégées, dans un état de guerre froide permanente avec les autres familles, dont les Morray, leurs voisins méridionaux qui connaissent des difficultés pour alimenter leurs esclaves. Si quatre des enfants Carlyle gèrent tant bien que mal les fiefs qui leur sont attribués et les responsabilités inhérentes, le cinquième sort du lot : il s'agit du Lazare de la famille. Elle s'appelle Forever et constitue à la fois le chef de la sécurité des Carlyle et leur principale arme de dissuasion : humaine améliorée par des implants et des drogues, conçue par génie génétique, elle est capable de ressouder des os cassés, stopper des hémorragies, ignorer la douleur et les tissus lésés pour survivre à une fusillade ou même à l'explosion de son véhicule. Pas immortelle, certes, mais redoutable grâce à des réflexes amplifiés et un entraînement suivi dès le plus jeune âge. Or, si le père Carlyle tient à les traiter tous comme ses enfants, ses rejetons naturels ont nettement plus de mal à tisser des liens fraternels avec cette machine à tuer, constamment monitorée par James, un scientifique qui travaille pour eux.

C'est là qu'intervient l'un des deux points de départ du scénario : Forever commence à manifester des états d'âme. Certes, elle obéit sans hésiter aux ordres du père de famille, mais James comprend qu'elle désire plus que la simple fonction de gardien du temple ; ces sentiments naissants risquent d'entraîner un déséquilibre émotionnel néfaste à son efficacité au combat. D'autant que, et c'est là qu'intervient le second point, la rivalité avec les Morray atteint un palier supplémentaire dans l'escalade vers le conflit puisque l'un des centres de stockage des semences a été attaqué - et que les défenses du complexe ont été mystérieusement contournées. Carlyle estime donc fort logiquement qu'un traître est à l'oeuvre au sein de sa famille et met en place un protocole qui lui permettra non seulement de le démasquer, mais aussi d'éviter une guerre ouverte. Forever, son Lazare, sera l'instrument de sa volonté. Elle fera tout pour la famille, tant qu'elle estimera être aimée en retour.

S'appuyant sur les dessins de Michael Lark mettant en valeur les expressions des personnages, illustrés sans exagération, et magnifiant des séquences de combat souvent muettes et parfaitement découpées, Rucka instaure un réalisme de bon aloi dans son univers. Cela a le don de créer une forme de paradoxe dans la perception de son histoire qu'il cherche à tout prix à imposer avec le moins d'artifices possible. Son déroulement est d'une fluidité remarquable avec des individus au caractère très marqué, presqu'archétypaux, qui permettent à l'héroïne de se détacher au sein d'une narration scandée par des repères familiers rarement pollués par les dialogues. En revanche, on peut être frustré par la finalité de l'ouvrage, clairement créé dans l'objectif d'introduire la série, avec des épisodes conçus comme un gros préambule. Toutefois on peut affirmer que Glénat, pour son retour sur la scène des comic-books, a fait un bon choix et propose aux acheteurs un album de qualité, avec une couverture rigide à la texture très agréable et des pages glacées donnant un cachet supérieur aux autres publications du même acabit. Dommage du coup qu'il n'y ait pas le moindre supplément outre une présentation des auteurs.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par RedSugar 2018-05-23T11:22:04+02:00

Le graphisme est magnifique, l'histoire et prenante. Malgré la longueur, je l'ai dévoré. C'était une pause agréable.

Franchement j'ai adoré. Le prix vaut le coup. Mon premier comics et je veux déjà la suite.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marie--Ange 2018-06-23T08:16:27+02:00

Mon premier comics, et franchement je ne suis pas déçu. Sa lecture est vraiment agréable et les dessins sont très beaux. Certaines planches sont vraiment magnifique. J'ai hâte d'entamer le tome 2.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marie--Ange 2018-06-30T08:43:17+02:00

Un peu déçu par le changement de dessinateur, wonder woman me plait beaucoup moins dans celui-ci, dommage . Le script et lui aussi un peu moins captivant que dans le premier. Ça reste quand même un très bon moment de lecture, et beaucoup de planches sont magnifiques.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pennyworth 2018-07-02T10:52:19+02:00

Encore une fois, beaucoup beaucoup beaucoup d'informations dans ce tome et des choses qui commencent à s'éclaircir. dès que l'histoire comprend l'univers DC entier, les choses sont compliquées et emmêlées. Pourtant, si on s'attache aux personnages chacun en particulier, leurs histoires sont assez simples à suivre. c'est la vue d'ensemble qui est difficile à obtenir mais qui viendra, je n'en ai aucun doute.

Les chapitres se suivent donc, au même rythme que les deux premiers tomes et avec toujours autant de rebondissements et d'actions sans parler du suspense et des interrogations qui ne cessent de jaillir. Les auteurs savent nous garder en haleine sans jamais nous ennuyer et - malgré le nombre d'informations - nous embrouiller. Du coup, c'est une série agréable à lire, même si peut-être rentrer dans la série après quelques mois est un peu difficile mais ça s'estompe après quelques planches.

Bref, j'ai hâte de lire le tome 4 !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Do 2018-08-15T00:22:14+02:00

Premier tome (sur 6 actuellement parus) d’une série d’anticipation dystopique au format Comics.

Lazarus décrit un monde violent dans lequel les États (de l’U.S.) ont disparu, au bénéfice de quelques grandes familles qui détiennent le pouvoir politique et le contrôle social absolus. Ces familles, en état de guerre qui couve, possèdent chacune un membre qui, par un entraînement intensif et des avancées techno-génétiques appliquées, est devenu quasi invincible. Il (ou elle) sert de défenseur comme de bouclier au clan en question.

Cette personne s’appelle un Lazare... comme Eve, de la famille Carlyle, surnommée « Forever », avec qui on fait connaissance dans ce tome 1.

Autour de cette protagoniste qui, malgré sa toute-puissance, possède aussi ses fragilités (psychologique e.a.), les auteurs ont construit un univers brutal, imparable avec une galerie de personnages bien campés et parfaitement crédibles, soutenu par un graphisme dense et dynamique.

Je me précipite avec un grand plaisir et autant d’impatience sur le tome 2 :)

Afficher en entier

Dédicaces de Greg Rucka
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Urban Comics : 23 livres

panini comics : 7 livres

Glénat : 7 livres

Eaglemoss : 4 livres

Pocket jeunesse : 3 livres

DC COMICS : 1 livre

Panini France : 1 livre

Éditions du Masque : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode