624 Telecharger Absolutely Fabulous Gratuit Absolutely Fabulous: The Movie is an upcoming 2016 British comedy film directed by Mandie Fletcher and written by Jennifer Saunders, based on... | Watch Movie | Nariyuki Papakatsu Girls!! The Animation - 01 [720p Raw].mp4
Livres
432 448
Membres
354 501

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Elizabeth Gaskell

399 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Aethra 2011-01-20T09:22:41+01:00

Biographie

Elizabeth Gaskell née le 29 septembre 1810 à Londres, morte le 12 novembre 1865 à Holybourne, près d'Alton dans le Hampshire, était une romancière britannique.

Elle naît Elizabeth Cleghorn Stevenson au 93 Cheyne Walk, à Chelsea le 29 septembre 1810. Sa mère, Eliza Holland, appartient à une famille influente du West Midlands qui est liée à d'autres familles unitariennes connues, comme les Wedgwood (porcelaine) et les Darwin (naturaliste), mais elle meurt quand Elizabeth est enfant. Son père, William Stevenson, est un ministre unitarien, ainsi qu'un écrivain ; il se remarie après la mort d'Eliza.

Elle passe l'essentiel de son enfance dans le Cheshire, où elle vit avec sa tante, Mrs Lumb, à Knutsford, ville qu'elle immortalisera plus tard dans Cranford (et qu'évoque également Épouses et Filles), sous le nom de Hollingford. Ce livre a une vague intrigue mais est surtout une série de tableaux et vignettes mettant en scène les personnages pittoresques de la petite ville.

Elle a également séjourné à Newcastle upon Tyne et à Édimbourg. Sa belle-mère est une sœur du peintre de miniatures écossais William John Thomson, qui peint un portrait célèbre d'Elizabeth en 1832.

La même année, elle se marie avec William Gaskell, ministre à la chapelle unitarienne de Cross Street, à Manchester, qui mène sa propre carrière littéraire. Ils exposent à Manchester, où l'industrie environnante offrirait une inspiration pour ses romans (dans le genre du « roman industriel »).

Les cercles qu'ils fréquentent comportent des dissidents religieux et des réformateurs sociaux, notamment William et Mary Howitt et Harriett Martineau.

Le premier roman de Mrs Gaskell, Mary Barton, paraît anonymement en 1848. Les plus connues de ses autres œuvres sont Cranford (1853), chronique savoureuse d'une petite ville du nord de l'Angleterre, d'après Knutsford où elle avait résidé, North and South (1854) et Wives and Daughters (1865). C'est une amie de Charles Dickens et de Charlotte Brontë dont elle a écrit la première biographie en 1857, livre qui a joué un rôle significatif dans l'essor de la réputation de la famille de Haworth. Elle est également l'auteur de Cousin Phyllis (Cousine Phyllis), paru en 1864, appartenant au genre qu'on appelle en anglais « novella », c'est-à-dire intermédiaire entre le roman et la nouvelle, que beaucoup d'admirateurs de Mrs Gaskell considèrent comme un pur bijou.

Son grand roman Wives and Daughters, an Every-Day Story (Épouses et Filles, une histoire de tous les jours), est publié mensuellement (18 épisodes) par le Cornhill Magazine d'août 1864 à janvier 1866. Certains numéros sont donc posthumes et au dernier ne manque, peut-être, qu'une vingtaine de pages. En effet, Mrs Gaskell meurt brutalement le 12 novembre 1865, à l'âge de 55 ans, en prenant le thé et au milieu d'une phrase, dans le Hampshire, où elle était allée, accompagnée de membres de sa famille, faire restaurer et meubler une vieille demeure pour la retraite de son mari. L'éditeur du Cornhill, Frederick Greenwood, ajouta quatre pages pleines de tact et de discrète émotion, suggérant comment le roman aurait fini.

Elle est enterrée dans le petit cimetière de Knutsford, tous près du porche de l'église. Sa tombe, très simple, est régulièrement fleurie par les admirateurs anonymes de passage.

Mrs. Gaskell se range aujourd'hui parmi les romanciers britanniques les plus considérés de l'ère victorienne.

Source : Wikipédia

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.39/10
Nombre d'évaluations : 121

0 Citations 76 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Elizabeth Gaskell

Sortie Poche France/Français : 2016-01-13

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par juliette84 2017-07-05T10:59:08+02:00

Un grand coup de cœur à la hauteur de mes espérances. Je le conseille à tout le monde. Les personnages sont fantastiques et l'écriture est magnifique!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Grenat 2017-07-28T18:55:33+02:00

Une agréable plongée dans une étude sociétale ou chacun se bat pour survivre avec ses idéaux. Des personnages marquants par leur fort tempérament et leur cheminement interne pour aller de l'avant. Une lecture divertissante et instructive sur les réalités du début de l ère industrielle.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par fanfan50 2017-08-15T17:39:29+02:00

C'est le premier livre que je lis d'Elizabeth Gaskell et le début m'a beaucoup plu. Un peu d'invraisemblance quand même car quand elle dit que le village est au mains des Amazones car au-dessus d'un certain loyer, ses demeures ne sont occupées que par des femmes, j'en doute fort ! Les hommes l'ont peut-être déserté car il est trop éloigné des zones de fabrique ou de commerce, cela serait plus exact...

L'auteur a su créer une ambiance très surannée et les personnes qui s'agitent dans le roman sont pleines de conventions et de bons sentiments, englués qu'ils sont dans des règles et des convenances d'un autre âge !

Plusieurs histoires amoureuses le plus souvent avortées apportent un peu d'intérêt romanesque mais le plus souvent, c'est terne.

J'ai cependant bien aimé l'histoire de Peter - et comme dans tout roman anglais de cette époque, les Indes y tiennent un rôle important.

C'est bien écrit mais cependant ennuyeux. Dommage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jenta3 2017-12-05T20:45:24+01:00

Une belle brique de plus de 600 pages que j'ai tantôt appréciée et qui m'a tantôt lassée. C'est un classique de la littérature anglaise, littérature que j'affectionne. J'aime cette langueur qui se dégage de ce style anglo-saxon, mais... à petite dose. Ici, ce fût un peu trop. Les personnages s'écoutent tous respirer (à mon avis ils sont limite hypocondriaques) et cela m'a lassée de lire leur problème de santé qui s'étirent tout au long des chapitres. Par contre le reste était intéressant. La lutte entre ouvriers - patrons, entre syndicat et ouvriers et syndicat et patrons. Les déboires de chacun selon sa position dans la société et sa philosophie de vie.

Ce fût donc une lecture en demi-teinte, que je ne renie pas mais que je ne renouvellerai pas.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nyllia 2017-12-08T14:05:48+01:00

Un petit trésor de ma bibliothèque. Le livre se lit facilement et est plein d'humour, de tendresse et d'émotions. Le style d'Elizabeth Gaskell est toujours aussi agréable.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Vanessa-6 2017-12-16T09:12:44+01:00

Malgré une bonne histoire et le style qui démontre qu' Elizabeth Gaskell est un des plus grands auteurs de l' époque Victorienne , je ne suis pas totalement rentrée dans le roman. Et même si les personnages sont intéressants et bien construits , il n'y en a aucun auxquels je me suis attachée en particulier.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nie-chan 2018-04-21T17:23:45+02:00

Un très beau roman qui se lit bien malgré le nombre de page.

Des personnages intéressants, un mélange des classes sociales, des rebondissements et des retournements parfois inattendus. On prend plaisir à suivre l'évolution des sentiments de Margaret, à suivre la perspicacité de ses pensées et de ses analyses. C'est toujours un plaisir de penser qu'à une époque, un mensonge pouvait à ce point troubler quelqu'un ! Dommage que ce ne soit plus le cas actuellement. Cependant, ils sont souvent un peu trop inquiets pour un rien, à tout de suite penser au pire. C'est parfois lassant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mellana 2018-06-27T23:20:11+02:00

J'ai lu ce roman en deux jours, il y a une semaine, et je dois dire qu'il m'a gardée accrochée jusqu'au bout. Dans l'ensemble je trouve que c'est un roman de très bonne qualité, et pourtant je n'ai pas eu de coup de cœur.

Pour remettre les choses en proportions, je précise que la petite déception globale que j'ai éprouvée est due à l'attente énorme que j'avais de ce livre. Parce que Jane Austen est un de mes auteurs préférés (je ne lui trouve aucun défaut) et que j'entends parler de Nord et Sud avec autant (quasiment) de déférence que de P&P. Or j'ai littéralement adoré P&P et j'ai "juste" aimé N&S. Je trouve qu'il manque un petit quelque chose à ce roman pour le rendre vraiment incroyable.

J'ai bien aimé le style d'Elizabeth Gaskell. Je n'ai lu le livre qu'en traduction mais c'est en tout cas parfaitement lisible et pas lourd du tout. J'ai juste trouvé le récit assez inégal dans son ensemble. C'est-à-dire que l'idée de base me plaît énormément, mais que si la narration est extrêmement haletante la plupart du temps (je dévorais les lignes à la recherche de la suite de l'histoire), j'étais aussi souvent coupée dans mon élan, soit par des débats assez longs (des pages entières de quasi monologues !), soit par des évènements supposés tenir lieu de rebondissements mais qui ne font que ralentir artificiellement la narration. Ce n'est que mon avis bien sûr, mais je trouve que le gros du roman est composé de beaucoup de rebondissements qui sont au final peu consistants. Certains sont importants (Spoiler(cliquez pour révéler)les différents drames/morts) mais si j'essaie de me remémorer la structure même du récit, celle-ci me semble un peu confuse, et m'évoque un peu du remplissage. Il faut dire que le format roman feuilleton a pu influer dans ce sens, et je trouve ça dommage.

En bref, je trouve que le récit aurait gagné à trancher dans le vif pour aller vers l'efficacité.

Pour ce qui est de l'histoire d'amour, je ne demandais qu'à être convaincue et j'avoue ne pas l'avoir été à 100%. Ce que j'aime dans les relations amoureuses fictionnelles, c'est qu'elles soient bien crédibles. Et ici j'avoue que je n'y crois pas trop pendant une bonne partie du roman.

Spoiler(cliquez pour révéler)John et Margaret ne passent pas tant de temps que ça ensemble, et ils le passent à être en désaccord, voire à se disputer. Je trouve l'amour de Thornton un peu rapide, et leur relation sans aucune complicité. Je vais faire un parallèle avec le couple de P&P, où même lorsque l'amour de Darcy n'est pas encore réciproque, je trouve leur relation bien plus drôle et même amicale. Elizabeth ne l'apprécie pas véritablement, il est beaucoup trop fier et guindé, mais elle ne s'oppose pas aussi frontalement à lui, elle préfère s'amuser de lui et parfois avec lui (le salon de lady Catherine). L'émergence de son amour me semble ainsi beaucoup plus naturelle que celui de Spoiler(cliquez pour révéler)Margaret et John. Après c'est une affaire de goûts.

Ce que je trouve dommage dans leur histoire, c'est qu'on n'ait droit qu'à deux pages paisibles et agréables à la fin, pour tout un livre de malentendus, de colère, voire de mépris. Le mensonge de Spoiler(cliquez pour révéler)Margaret et la distance qu'il ajoute entre eux prennent trop de place dans la durée du roman. Mais j'adore le fait que les Spoiler(cliquez pour révéler)deux arrivent à se trouver à la fin, je regrette seulement qu'on ne nous offre pas plus de moments de connivence tout au long du livre.

En parlant des personnages, j'ai adoré celui de Thornton. C'est un homme extrêmement intéressant, avec un passé dur et un historique passionnant. Il est dur mais j'adore la tendresse dont il fait preuve envers les gens qu'il aime, dont sa mère. J'ai l'impression qu'il y a un tout petit peu de Heathclif en lui, dans le fait qu'il se montre assez égoïstement jaloux envers Spoiler(cliquez pour révéler)Margaret. Alors qu'elle l'a Spoiler(cliquez pour révéler)repoussé (durement d'ailleurs), et qu'elle ne lui doit aucune fidélité, il ne peut s'empêcher de lui en vouloir à propos de rivaux hypothétiques (Fred, Lennox) ; et lorsqu'elle quitte Milton où elle a connu tant de malheurs, il trouve quand même le moyen d'être grognon, parce qu'après tout, pendant son séjour elle a fait sa connaissance. Il est bien gentil le John, mais si j'avais Spoiler(cliquez pour révéler)perdu mes deux parents dans une ville, je me ficherais bien d'avoir rencontré même mon futur mari dans cette ville. Et d'ailleurs si lui-même avait Spoiler(cliquez pour révéler)perdu sa mère, j'aurais bien voulu voir sa réaction. En dehors de ça, je trouve que le personnage évolue bien, il devient beaucoup plus humain avec les ouvriers et n'a pas peur de se remettre en question. Par contre je dois avouer que ses débats à propos du patronnat et du travail m'ont paru bien longs et m'ont parfois ennuyée, étant donné que j'attendais la suite avec impatience.

En revanche j'ai eu beaucoup de mal avec Margaret. Pour parler clairement, je l'ai trouvée très pénible, elle a un ego sur dimensionné. Elle est hyper susceptible et s'offense pour rien. D'ailleurs je ne comprends toujours pas la scène Spoiler(cliquez pour révéler)de la demande en mariage. Pourquoi Margaret se montre-t-elle aussi froide et désagréable en répondant à la demande ? Après tout John ne lui manque pas de respect, sa demande est honorable et même si elle se retrouve démunie, elle pourrait répondre de manière un peu plus polie. Non décidément je ne trouve pas d'excuse à sa conduite.

Son personnage est une sacrée "Mary Sue", qui est sensée avoir toutes les qualités sur le papier mais qui est en fait sacrément agaçante pour le lecteur. Le terme n'est pas parfait en l'occurrence mais il se rapproche le plus de ce que je pense. Par exemple la scène chez Boucher, quand elle prend les choses en main alors qu'elle est jeune, inexpérimentée de ce genre de choses, et qu'elle ne connaît pas spécialement la ville ni la famille. C'était un peu sainte Margaret en action à mes yeux. Ça plus toutes les fois où elle inspire de l'admiration aux autres du fait de son physique ou de son port de tête et autres choses dans le genre... Heureusement qu'elle se remet un peu en question et apprend l'humilité.

J'ai beaucoup apprécié Higgins, avec son franc-parler, ses défauts et son honnêteté. Sa relation avec Margaret est très belle, c'est très touchant de voir des personnages de milieux aussi différents apprendre à se connaître et se faire confiance.

La mère de Thornton est particulièrement impressionnante. Elle peut être agaçante car désagréable avec Margaret mais cette dernière peut être aussi très pénible donc on va dire qu'elle rééquilibre les scores.

M.Hale m'a énormément déplu. Le personnage n'a pas trouvé grâce à mes yeux, il est tellement mou et égoïste, à se reposer toujours sur sa fille pou prendre tout en main. Il a même eu le culot de lui demander d'annoncer la nouvelle de leur déménagement à Mrs.Hale. Il m'insupporte tellement que je n'arrive même pas à avoir de l'empathie pour lui, Spoiler(cliquez pour révéler)et sa mort m'a plus soulagée qu'autre chose.

L'ambiance générale du roman est assez sombre. Certains l'ont comparé à Zola mais n'en ayant lu aucun je ne peux pas dire. En revanche c'est plus sombre que Mansfield Park, qui est pourtant notoirement connu pour être le plus sombre des romans de Jane Austen. Mais ce sont les thèmes abordés par Gaskell qui veulent ça, elle n'écrit pas un roman en légèreté et humour et c'est un style très différent. J'avoue que ce n'est pas mon style préféré. Il y a beaucoup de pathos dans ce récit mais je reconnais qu'on ne tombe pas dans le pathétique non plus. En fait, il me fait plus penser à une frise qui raconterait la vie des différents types d'habitants de Milton.

Il y a néanmoins un point qui m'a énormément gênée, c'est la place qu'occupe la religion dans ce livre. Je sais que je compare encore, mais chez Jane Austen elle n'est pas aussi omniprésente, pourtant Jane est fille et sœur de pasteurs. Si on est attentif, on peut y déceler des traces dans ses récits, mais c'est plus de l'ordre de petites touches et de détails que sous la forme de longs discours grandiloquents et, j'ose le dire, prosélytes. Je suis désolée mais étant moi-même athée, et de façon "politique" même si je puis dire, ainsi que laïque, je déteste voir autant de monologues à la gloire de Dieu et surtout cherchant à ramener à la raison Higgins qui est un pauvre "mécréant". Je trouve que ce dernier a toutes les raisons du monde d'être sceptique sur le sujet, et l'insistance de Margaret et de son père à vouloir lui faire avaler la bible m'est extrêmement pénible, même si je suis consciente qu'il s'agit d'un sujet très personnel.

Enfin j'ai trouvé Spoiler(cliquez pour révéler)l'accumulation de morts un peu "too much", j'ai eu l'impression de deus ex machina pour faire avancer l'intrigue, surtout à partir de Spoiler(cliquez pour révéler)la mort de M.Hale. Margaret devient Spoiler(cliquez pour révéler)l'héritière de M.Bell (alors que ce sujet avait été peu abordé précédemment) et à peine cela est-t-il entré dans l'esprit du lecteur Spoiler(cliquez pour révéler)qu'on le fait aussitôt mourir, faisant de Margaret une jeune fille riche.

Le dénouement manque un peu de longueur, mais d'après ce que j'ai compris c'est de la faute de M.Dickens et non pas de Mrs.Gaskell donc je ne ferai aucun reproche, c'est seulement dommage d'avoir une fin aussi abrupte, sans aucun épilogue ou ne serait-ce que quelques paragraphes pour s'étendre sur le Spoiler(cliquez pour révéler)futur du couple (d'autant qu'il me paraît peu joyeux personnellement, dans une ville aussi sombre et avec une belle-mère assez hostile).

On pourrait croire que je n'ai pas apprécié ce livre en voyant tous les reproches que j'ai pu lui faire mais ce serait faux ! Malgré les apparences, j'ai vraiment savouré ma lecture. Mais quand je vois tout ce qui m'a ouvert l'appétit dans le roman, je me retrouve vraiment frustrée de ne pas avoir ce sur quoi je comptais. En gros le livre est victime de ses qualités avec moi, je suis plus exigeante parce que je vois le potentiel qu'il aurait pu avoir (je précise que c'est une affaire de goûts).

Afficher en entier
Commentaire ajouté par sisile 2018-08-18T12:11:19+02:00

Classique de la littérature anglaise. Nord et Sud souffre un peu de sa comparaison avec Orgueil et Préjugés. Certes Margaret et John ont leur propre vision et idée de leur région réciproque mais ce livre est tout de même plus que cela. L'auteur met en valeur le début de la lutte des classes, les grèves ouvrières et la tyrannie des patrons et syndicats. Margaret Hale et John Thornton mettent finalement leur préjugés de côté et développent des sentiments l'un pour l'autre même si beaucoup d'épreuves les attendent au cours des 600 pages du roman.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marie-A 2018-09-21T20:13:23+02:00

J'ai tout d'abord découvert la mini-série réalisée par la chaîne de télévision anglaise BBC. J'ai beaucoup aimé l'histoire qui reprend les romans de Jane Austen mais plus tard, au 19ème siècle, en pleine révolution industrielle.

Ce roman permet également d'appréhender les différences existantes à cette époque (et peut-être encore aujourd'hui) entre l'Angleterre du nord et celle du sud, séparées par Londres comme s'il s'agissait d'un terrain neutre. On y découvre une atmosphère bien différentes des romans de Jane Austen grâce aux descriptions d'un monde divisé entre patrons et ouvriers dans un climat de révolution industrielle apportant des changements majeurs dans les conditions de travail et de vie des deux parties.

Au milieu de ces tensions, va naître un amour incongru entre un manufacturier, John Thornton, hissé à son statut de patron par la force de son poignet, et Margaret Hale, fille de pasteur élevée à Londres mais originaire du sud. Margaret va peu à peu prendre connaissance du nouveau monde qui l'entoure à son arrivée à Milton et prendre part, à sa manière, conflit patron/ouvrier.

Il s'agit d'une très belle histoire d'amour sur fond historique très enrichissant.

Je recommande vivement !

Afficher en entier

Dédicaces de Elizabeth Gaskell
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Points : 6 livres

L'Herne : 3 livres

Fayard : 2 livres

Herne : 2 livres

Oxford University Press : 1 livre

Chapman & Hall : 1 livre

Collector's Library : 1 livre

Ombres : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode