Watch now! | English Not rated | [Course Devil] Udemy - Powerpoint 2013 2016 - Master powerpoint presentation
Livres
433 430
Membres
355 434

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Alice Zeniter

132 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Momoko 2012-02-27T21:59:34+01:00

Biographie

Alice Zeniter, bio express

1986: Naissance puis enfance en Basse Normandie. Ecrit déjà des histoires avec ses deux sœurs.

2000: Publie son 1er roman à l’âge de 14 ans, “Deux moins un égal zéro” aux Editions du petit véhicule.

2004: Obtient son bac et monte à Paris pour ses études. Avec comme passion le théâtre et la mise en scène.

2008: Part en Hongrie et enseigne le français à l’université de Budapest et fait un stage chez Arpad Schilling (metteur en scène Hongrois de la compagnie Kreatakor).

2010: Publie “Jusque dans nos bras”. Travaille comme assistante de metteur en scène et sur ses propres projets d’écritures (théâtre, nouvelles, roman) et part en Hongrie pour les vacances.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.09/10
Nombre d'évaluations : 42

0 Citations 28 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Alice Zeniter

Sortie France/Français : 2018-01-17

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par AudacieuseErudite 2018-02-23T14:27:55+01:00

J'ai adoré ce livre ! Vraiment, je ne m'attendais pas à apprécier autant l’œuvre. L'écriture est très fluide, très belle. Ce livre m'a permis d'apprendre beaucoup de choses sur la guerre d'Algérie, sur l'expérience migratoire. Il rappelle que le métissage est la condition même de la vie et du vivre-ensemble. Un livre très enrichissant, que je conseille à tout le monde.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par iletristan 2018-03-06T18:51:08+01:00

Naïma est française d’origine algérienne. De l’Algérie, elle ne sait rien si ce n’est les silences de son grand-père Ali et ceux de son père Hamid. Elle n’en comprend pas la langue, oubliée déjà très tôt par ses oncles et tantes. Ce sont les attentats qui lui renvoient en pleine figure ses origines, les commentaires de ceux qui voudraient qu’elle choisisse entre être Française ou Arabe alors qu’elle a toujours été française et qu’elle ne sait pas pourquoi elle devrait s’excuser d’être musulmane alors qu’elle n’a pas de religion. Ce sont tous ces paradoxes qui la forceront à accepter d’organiser l’exposition de l’artiste Lalla, mourant, et d’aller chercher dans le pays oublié et inconnu ses œuvres d’art.

Elle essaye de comprendre ce qui fait l’histoire de sa famille, celle de son grand-père Ali, ancien combattant de la deuxième guerre mondiale, devenu riche propriétaire terrien grâce à ses oliviers et le pressoir trouvé dans le torrent. Pour mettre sa famille à l’abri d’une guerre d’indépendance dont il ne cerne pas tous les aspects, il deviendra ce que le FLN nommera un harki, un traître, un collabo. Pour ne pas mourir, il embarquera avec femme et enfants sur le paquebot qui les mènera vers la terre d’asile. Parqués dans des camps de fortune, puis dans des HLM construits à la hâte, Ali tentera d’oublier l’Algérie et d’être Français au même titre que les autres. Mais on lui renverra toujours en pleine face sa différence.

Son fils aîné Hamid, 8 ans quand il arrive sur le sol français, est submergé par les cauchemars d’une guerre toujours présente, entouré de gens qui racontent l’horreur. Grâce à sa volonté, il rattrapera son retard scolaire, sortira du quotidien sordide du HLM avec ses deux copains Gilles et François, rencontrera son épouse à Paris, y fera grandir ses filles sans jamais leur parler de l’Algérie, ce pays qu’il a fallu effacer des souvenirs.

Quand Naïma fera le voyage inversé, elle ressentira la dualité de sa position : d’origine algérienne en France, Française en Algérie. Elle pensait y retrouver ses racines. Or tout lui est inconnu, même l’idée qu’elle s’en était faite est fausse.

“— Personne ne t'a transmis l'Algérie. Qu'est-ce que tu croyais ? Qu'un pays, ça passe dans le sang ? Que tu avais la langue kabyle enfouie quelque part dans tes chromosomes et qu'elle se réveillerait quand tu toucherais le sol ? Naïma éclate de rire : c'est exactement ce qu'elle avait espéré, sans oser jamais le formuler. — Ce qu'on ne transmet pas, ça se perd, c'est tout. Tu viens d'ici mais ce n'est pas chez toi.”

On se rend compte, en lisant ces pages, combien il est difficile d’appartenir à un pays même trois générations plus tard, quand on ne sait pas exactement d’où on vient. Mais c’est aussi un plaidoyer pour avoir le droit d’être soi, sans contraintes familiales ou sociales.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Calimero33 2018-03-07T09:32:32+01:00

J'aime me représenter la vie des Màndy comme un vieil étang vert et satgnant. Imre et sa famille sont posés à Budapest depuis des décennies et n'en sont jamais sortis. Zsolt, Kerstin, Greta, le Diamond et même Étienne ne sont que des voyageurs en barque passant par l'etang. Ils le traversent, passent un plus ou moins bon moment avec le lac mais continuent leur chemin après. Or l'etang ne peut pas continuer son chemin avec eux. Un étang ne bouge pas, c'est comme ça, c'est prouvé scientifiquement. Même lors d'un orage, d'untremblement de terre, peut être y-a-t'il un peu d'eau qui s'échappe, mais c'est tout. C'est exactement ce qui arrive à Imre. Il est (sans le vouloir) enraciné dans sa maison au bord des rails. Même s'il essaye de s'en échapper, il ne peut pas. Et tout le complexe est là... Doit-on croire en soi-même, jeune ignorant ou croire en des générations installées depuis des décennies même si leur décisions paraissent absurdes? Imre se pose la question peut-être pas physiquement mais mentalement, il se sent différent, il ressent des émotions fortes, brûlantes, cherche l'amour et cherche à en donner. Cependant, ses racines et l'enracinement de ses racines (hum...) prennent le dessus finalement. Ce livre est magnifique, Imre est si humain, si faible (incapable de se lancer dans quoi que ce soit en particulier) mais fort à la fois (émotionnellement, il traverse des choses si dures). Cependant Imre est aussi un homme épuisé, il ne peut (ne veut?) plus tenter (à la fin). Il est las, retournant aux sources silencieusement fatiguées de son enfance.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par 142536978a1 2018-03-16T15:12:25+01:00

J'ai vraiment apprécié ce roman. Il m'a permis de découvrir tout un pan de l'histoire française dont je savais peu de choses. J'ai appris pleins de choses sur l'indépendance de l'Algérie et sur le sort des harkis rapatriés en France. J'ai par ailleurs été agréablement surprise par l'absence de parti pris de l'auteure. Elle ne condamne ni le FLN, ni la France, ni les harkis, elle donne la version de chacun tout en mettant en lumière l'incompatibilité fondamentale de toutes ces versions ainsi que l'inexistence d'une vérité unique que l'on apprend dans les écoles françaises ou algérienne.

On suit le parcours d'une famille de harkis qui ne se reconnait pas dans cette dénomination et on perçoit l'espèce de fatalité qui les a menés là où ils sont sans qu'ils ne fassent réellement de choix. Cet enchaînement des événements malgré eux insiste alors d'autant plus sur le sentiment d'injustice qu'ils ressentent face à la façon dont on les traite.

L'auteure insiste aussi sur les écarts qui se creusent entre les générations, écarts renforcés par l'occultation du passé, par le refus de l'histoire familiale.

Finalement, c'est vraiment un roman magnifique qui donne à voir l'immigration sous un autre jour, un jour plus humain, qui oblige le lecteur à comprendre que fuir son pays est rarement un choix en temps de guerre, message qui aujourd'hui plus que jamais reste d'actualité.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par DanielPagés 2018-04-07T20:48:33+02:00

Sensible et poétique. Le sort terrible des exilés sur une terre d'accueil qui ne les comprend pas et qu'ils ne comprennent pas. L'abominable tri que font les guerres parmi des pauvres gens embarqués malgré eux. Une belle écriture qui m'a laissée souvent au bord des larmes. Le plus beau livre que j'ai lu cet hiver. Le plus émouvant aussi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par isabelleisapure 2018-05-02T16:15:47+02:00

Peut-être que le mot « chef d’œuvre » est excessif et doit être réservé aux romans de Zola, Hugo ou Balzac. Peut-être…

Alors, je vais essayer de vous parler d’un livre magistral, un livre qui habite longtemps le lecteur avec des personnages qui au fil des pages deviennent des compagnons de route pour lesquels on a de la tendresse, qui vous font vibrer et partager leurs souffrances, leurs amours, leurs vies.

Ce livre, c’est « L’art de perdre » d’Alice Zeniter, une saga familiale foisonnante qui débute dans l’Algérie des années 30.

Dans la première partie, nous rencontrons Ali qui, dans sa Kabilie natale, semble promis à un avenir bouché à se casser le dos à essayer de cultiver une terre rocailleuse jusqu’à ce qu’un jour, comme un cadeau du ciel, un pressoir charrié par la rivière croise sa route, manquant de peu de l’estropier.

Dès lors, sa vie se transforme, Ali se lance dans la culture des oliviers et produit de l’huile, les affaires sont florissantes.

Mais ce que l’on appelle pudiquement « les évènements » sont en marche et le destin de bien des hommes et celui d’Ali devenu Harki va basculer, jusqu’à ce qu’un bateau l’emmène sous d’autres cieux.

Dans la deuxième partie, Ali essaie de survivre avec sa famille dans un camp à Rivesaltes et Hamid, son fils va poser des questions qui resteront sans réponse. Le père à jamais blessé, garde le silence. Un fossé d’incompréhension va se creuser peu à peu.

Naïma, la petite fille d’Ali, vit heureuse à Paris, jusqu’à ce que les attentats de 2015, l’obligent à se poser des questions sur le passé de sa famille dont elle ignore tout.

Il y a beaucoup d’émotion et d’amour dans ce livre, même si les sentiments restent muets, faute de mots pour dire je t’aime ou je te comprends.

Ce roman poignant évoque avec subtilité et émotion les destins brisés par l'Histoire et l'irrationalité des hommes, les séquelles de la colonisation, l'exil, le déracinement, le lourd poids de l'héritage familial mais aussi la force de l'amour filial.

La plume d’Alice Zeniter est élégante, tour à tour musicale et brutale. J’ai tourné les pages avec passion. La fin du livre m’a tiré des larmes.

Et j’ai relu ce livre, à haute voix, cette fois-ci, pour en partager l’émotion avec un proche qui a perdu la vue.

L’oralité transcende la beauté de l’écriture et cette relecture me bouleverse.

Alors « Chef d’œuvre » ? Oui, je crois que ce roman mérite ce qualificatif.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jaunetop 2018-07-26T17:03:30+02:00

Une véritable fresque familiale de laquelle on ne peut se détacher. Les personnages sont attachants et l'histoire magnifiquement racontée. Mais un atout majeur de ce livre est également l'apport de connaissances sur ce qu'ont vécu ces personnes et pour moi, c'est un grand bravo, surtout dans le contexte actuel de notre société où les situations se répètent.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Edith972 2018-08-01T00:43:31+02:00

C'est un livre dont l'originalité pour moi se situe dans le thème , car c'est la première fois que je lis un livre sur les harkis. La toile de fond, la guerre d'Algérie, le devenir de ces hommes exilés en France, et une fresque familiale. Instructif, mais le style d'écriture de l'auteur, mi poétique, mi littéraire ne m'a pas emballé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Snake 2018-08-09T16:12:44+02:00

J'ai apprécié ce livre, il est agréable à lire. J'ai cependant eu un peu de mal à être complètement dans l'histoire avec les premières pages mais après c'est allé tout seul. J'ai trouvé ce livre intéressant avec l'histoire de Galwin Donnell et addictif.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par CAmpelas 2018-08-16T11:06:13+02:00

Un prix Goncourt des lycéens amplement justifie pour ce roman d'Alice Zeniter qui est un témoignage .

Elle nous permet de mieux comprendre ce qui est arrivé aux harkis.

Mes parents son des pied-noirs donc je suis plus sensible qu'une autre a cette histoire.

Trois générations qui vont vivre malgré eux les conséquences d'une politique qui les dépasse

Le grand père qui y tient un rôle prépondérant avant de prendre malgré lui partie contre le FLN et de connaître exil et déchéance .

Le fils qui réussit à devenir quelqu'un en rejetant ses racines grâce à son mariage avec une francaise mais tiraillé entre deux cultures.

La petite fille Naima qui semble bien adaptée mais qui a peur et résiste à l'envie de connaître l'Algerie .

Un très beau livre,, un livre indispensable pour comprendre certains problèmes actuels de l'intégration de cette troisième génération .

Afficher en entier

On parle de Alice Zeniter ici :

Dédicaces de Alice Zeniter
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Albin Michel : 2 livres

Flammarion : 2 livres

Calmann-Lévy : 1 livre

LGF - Le Livre de Poche : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode